Les voitures de collection passent à l’électrique

·1 min de lecture

Les visiteurs du dernier Mondial Auto de Paris, en octobre 2018 ne peuvent pas l’avoir oubliée. La 504 coupé électrique modestement baptisée e-Legend présentée sur le stand Peugeot avait tout pour elle : le design du modèle iconique de la marque au lion et un moteur électrique. Si le groupe PSA a renoncé à son projet, l’idée d’une 504 électrique a depuis fait son chemin. La Peugeot sera bientôt au catalogue de Retrofuture, l’un des spécialistes français du rétrofit. La petite société établie à Bordeaux propose d’en changer le moteur pour l’équiper d’une batterie électrique.

Depuis avril, la réglementation permet de modifier la motorisation de son véhicule sans demander son accord au constructeur d’origine. Cet usage, en vigueur depuis 1954, barrait la route au développement du rétrofit en France, alors qu’il a démarré en trombe en Allemagne ou en Italie. "Faire changer la législation nous a pris deux ans", raconte Arnaud Pigounides, fondateur de la société Retrofuture et de l’association qui fédère aujourd’hui la douzaine d’acteurs français de l’industrie du rétrofit électrique, l’AIRE (Acteurs de l’industrie du rétrofit électrique).

32.000 euros pour une 504

Depuis le printemps, Retrofuture a déjà enregistré 2.700 demandes de devis et une centaine de précommandes pour des Porsche 911, des Fiat 500, des Combi Volkswagen ou des MGB. "L’homologation de chaque modèle rétrofité représente un investissement d’environ 200.000 euros, i...


Lire la suite sur LeJDD