Publicité

Voiture électrique : Xiaomi lance en grande pompe son modèle qui veut concurrencer Tesla

Xiaomi lance en grande pompe sa voiture électrique qui veut concurrencer Tesla (avec de sacrés arguments)
LeiJun (Twitter) Xiaomi lance en grande pompe sa voiture électrique qui veut concurrencer Tesla (avec de sacrés arguments)

AUTOMOBILE - Apple y avait finalement renoncé, Xiaomi l’a fait. Jeudi 28 mars, le fabricant chinois de smartphones (et de moult autres produits électroniques) a lancé en grande pompe les précommandes pour son premier véhicule, une berline à motorisation électrique, la SU7. Pour l’instant réservée au marché chinois, elle coûte dans sa version de base 215,900 Yuans, soit environ 26 600 euros. Un prix bas pour ce segment, mais à la hauteur du défi que s’est lancée la marque.

Le fondateur de Xiaomi, Lei Jun, n’a en effet pas fait mystère de son projet pour la toute neuve division automobile et sa première berline : « Je pense qu’un jour, on verra des voitures électriques Xiaomi tout autour du monde », confiait-il ainsi dans un communiqué de presse. Mais pour cela, il faudra déjà s’imposer sur le marché chinois, ou l’offre pléthorique et le ralentissement économiques seront des obstacles de taille.

Le choix de couleurs est pléthorique.
Xiaomi Le choix de couleurs est pléthorique.

Ce sera pour la SU7 l’occasion de se frotter à la marque qui a donné le signal de l’adoption du tout électrique, Tesla. Cette dernière, présente sur un segment équivalent avec sa Model 3, est déjà au coude-à-coude avec BYD, la plus grande marque de véhicules électriques en Chine… Et dans le monde. Mais la SU7, avec son prix attractif (environ 30 000 yuans de moins, près de 4000 euros), et une meilleure autonomie annoncée, pourrait être un nouveau concurrent sérieux.

Ainsi, en plus d’un choix de couleurs pléthorique, la voiture chinoise annonce 625 kilomètres en une recharge en cycle mixte, contre 554 kilomètres contre une Tesla Model 3 propulsion. Des chiffres qui pourraient bien intéresser les acheteurs européens : pour cela, il est clair que Xiaomi, qui veut devenir l’un des cinq premiers constructeurs mondiaux d’ici 15 à 20 ans, a des ambitions. Mais il faudra d’abord confirmer à domicile.

À voir également sur Le HuffPost :

Le projet de mine de lithium mené par Imerys dans l’Allier en dit beaucoup de l’« écologie à la française »

« Le Problème à Trois Corps » sur Netflix : la claque SF ou l’ennui ? Les avis du HuffPost