Publicité

Vladimir Poutine a profité de l’interview de Tucker Carlson pour s’adresser aux républicains américains

Pendant plus de deux heures, l’ancienne star des plateaux de Fox News Tucker Carlson a offert une tribune inédite à Vladimir Poutine depuis le début de la guerre en Ukraine.
GAVRIIL GRIGOROV / AFP Pendant plus de deux heures, l’ancienne star des plateaux de Fox News Tucker Carlson a offert une tribune inédite à Vladimir Poutine depuis le début de la guerre en Ukraine.

INTERNATIONAL - Une interview du président russe, par un soutien de Donald Trump, sur le réseau social de l’homme le plus riche des États-Unis… Inédite, l’interview du président russe Vladimir Poutine par l’ex-vedette de Fox News Tucker Carlson aura surtout permis au chef d’État en guerre avec l’Ukraine de dérouler son roman historique russe sans la moindre contradiction pendant près de deux heures. Du jamais vu en Occident depuis l’invasion russe lancée le 24 février 2022.

Face à Tucker Carlson, Vladimir Poutine ironise sur le sabotage des gazoducs Nord Stream

Car près de deux ans après le début de sa guerre en Ukraine, Vladimir Poutine n’a pas manqué la moindre seconde de cette interview diffusée ce vendredi 9 février sur le réseau social d’Elon Musk pour replacer son pays au centre des regards.

Pour Le HuffPost, le docteur en histoire des relations internationales et chercheur au centre Russie-Eurasie de l’IFRI Dimitri Minic décrypte les enjeux derrière cette rencontre Carlson-Poutine. L’auteur de Pensée et culture stratégiques russes (Éditions de la Maison des sciences de l’homme) analyse également l’inversion du rapport de force permis par cette interview.

Quels messages Poutine voulait-il faire passer en accordant cette interview ?

Poutine veut faire comprendre qu’une Ukraine indépendante de la Russie n’existe pas et n’a aucune légitimité. Ensuite, il rabâche l’idée classique que la Russie est injustement la victime de l’Occident et de ses élites dominatrices. Son troisième message consiste à présenter une Russie indestructible sur le champ de bataille et résiliente aux sanctions massives qu’elle subit. Parallèlement, l’Occident est défini comme une entité affaiblie qui a fait de graves erreurs de calcul. Cette confrontation entre la Russie, l’Ukraine et l’Occident est qualifiée d’insensée et d’inutile par Poutine.

Mais le dernier message est sans doute le plus important car il n’a cessé de le répéter : Poutine se dit prêt et dit avoir toujours été prêt à négocier, à un accord, mais exige que Washington cesse de livrer des armes, et que Kiev se montre plus conciliant. Il insiste sur le fait que la négociation est inévitable et que les Ukrainiens et les Russes (un seul et même peuple, selon le récit impérial russe) finiront par se réconcilier malgré toutes ces souffrances.

Qui est réellement visé par ce narratif de Vladimir Poutine ?

La première cible, c’est l’électorat américain républicain. L’idée est moins de rassurer les pro-russes américains, déjà convaincus, que de conforter les arguments des nouveaux républicains ni pro-russes ni pro-ukrainiens mais « isolationnistes » et de créer une accointance avec eux. Plus largement, les messages de Poutine s’adressent aux forces politiques souverainistes, anti-américaines, anti-européennes partout en Occident.

Le Kremlin veut neutraliser les Occidentaux et ainsi isoler l’Ukraine, en l’éloignant de toute aide extérieure, notamment militaire. Porter un discours pacifiste et faire passer Kiev pour un belliciste hystérique sont censés y contribuer. Et pour la Russie, qui sous-estime l’Union européenne, dont les principaux membres sont qualifiés par le Kremlin de vassaux américains, la principale cible est Washington. Moscou estime sûrement qu’évincer l’UE d’Ukraine sera un jeu d’enfant si les États-Unis se désintéressent de la question. L’objectif politique de la Russie reste la soumission de l’Ukraine, d’une manière ou d’une autre

Le timing de cette interview intrigue. Pourquoi attendre autant pour réaliser une interview avec un média occidental ?

C’est un moment important. La contre-offensive ukrainienne de septembre 2022 a eu un effet considérable en Russie. Moscou s’est vu contraint de prendre des décisions difficiles qu’il avait évitées jusqu’ici. Le Kremlin a pris des risques (mobilisation partielle, mobilisation de l’économie…) et a connu une période d’affaiblissement interne, avec l’émergence d’un discours nationaliste critique sur la façon de mener la guerre. Cette période a nourri les appétits et les ambitions, comme l’illustre l’affirmation progressive de Prigojine à la faveur de cette défaite.

La contre-offensive a également eu un effet politique considérable en Ukraine et en Occident, en instillant l’idée que l’Ukraine pouvait gagner la guerre et reprendre les territoires occupés. La capacité de rebond russe a été grandement sous-estimée et les efforts ukrainiens nécessaires pour reconquérir les territoires occupés probablement sous-estimés.

Mais il faut reconnaître que ce tournant difficile pour le Kremlin, qui s’est à mon sens terminé avec la probable élimination physique de Prigojine, a été relativement bien négocié et, surtout, conforté par l’échec de la contre-offensive ukrainienne. La Russie s’est adaptée et s’est montrée plus résiliente que prévu.

Cette interview viserait donc à symboliser l’inversion du rapport de force ?

Au moins, l’inversion de la perception partagée en Occident de l’évolution du rapport de force. L’entretien avec Carlson permet de renforcer cette perception et de justifier, d’étayer, de rendre logique et normal le possible abandon à venir de l’Ukraine par Washington.

Pour renforcer l’inversion de la perception de l’évolution du rapport de force, Poutine voudra probablement engranger des succès territoriaux supplémentaires cette année : Avdiïvka dans la perspective de l’élection présidentielle russe, et peut-être dans celle des élections américaines, la tentative de reprendre les territoires récupérés par l’Ukraine lors de la fameuse contre-offensive de Kharkiv (une concentration de troupes russes dans cette zone incite à le penser).

Pourtant, non seulement rien n’est perdu pour l’Ukraine sur le plan militaire -surtout si l’UE prend ses responsabilités sur la durée- mais en outre Poutine fait de graves erreurs lorsqu’il est confiant.

Tucker Carlson s’est montré très docile pendant cette interview, mais avez-vous retenu un moment « poils à gratter » de sa part ?

Il l’a été, mais uniquement en surface. Il suffit de comparer cette interview de Carlson à la dernière de Poutine avec un journaliste américain à l’été 2021. À l’époque, on avait vu ce qu’était un vrai journaliste face à Poutine. Carlson a de nombreuses accointances idéologiques avec Poutine.

Il ne s’agissait donc pas d’un entretien critique (que Carlson en ait conscience ou non d’ailleurs) avec Poutine. Pourtant, je pense qu’il a été surpris par les (non) réponses de Poutine et même par ses moqueries. Carlson est un idiot utile. Il n’a pas compris qui était Poutine et ne connaît rien à la Russie.

En réalité, les questions de Carlson ont été balayées d’un revers de main par Poutine, pour qu’il puisse dérouler son roman national…

Carlson est arrivé avec des questions rhétoriques. Poutine est arrivé avec des messages à faire passer.

À voir également sur Le HuffPost :

Guerre en Ukraine : Trois Russes exilés à Paris nous racontent comment ils imaginent le futur pour leur pays

Guerre en Ukraine : Zelensky prévient la Russie de la « rage » de Kiev lors de ses vœux pour 2024