Publicité

De son vivant (France 2) - Benoît Magimel : "J'ai vécu ce rôle de manière angoissante"

Benjamin, 39 ans, atteint d’un cancer du pancréas, apprend que la maladie ne sera pas vaincue. Sa mère, effondrée, est dans le déni. Lui aussi, au début. Benjamin, qui s’estime être un « acteur raté », mais se révèle un excellent professeur de théâtre, pourrait peut-être réussir sa sortie. Avant, il va devoir accepter l’inéluctable, avec l’assistance de son médecin, le bien nommé docteur Eddé, qui l’invite à faire la paix avec lui-même, en « rangeant le bureau de sa vie ». Ce merveilleux toubib, c’est Gabriel Sara (son nom a été changé dans le film), dans son propre rôle. Cet oncologue au service de cancérologie de l’hôpital Mont Sinaï-Roosevelt, à New York, est réputé pour sa thérapie humaniste. Il s’appuie sur l’écoute de ses patients, auxquels il fait danser le tango ou écouter de la musique, il prône la transparence totale – « Il ne faut rien cacher, même pas 1 % de la vérité » – et estime que le malade et lui affrontent le cancer ensemble.

À lire également

“Il a éclaté en sanglots” : Benoît Magimel ému, son ex Juliette Binoche raconte sa réaction lors de la projection de leur nouveau film (VIDEO)

Lorsque Gabriel Sara rencontre Emmanuelle Bercot en 2016, au festival du film français de New York, il lui propose de l’emmener « dans les tranchées du cancer ». Sa formulation fait mouche. Le profil de ce « bonhomme extrêmement sympathique et lumineux » ne pouvait que séduire la réalisatrice, elle-même fille d’un chirurgien cardiaque. Elle visite son service, échange avec lui de longs mails et décide d’écrire un scénario. « J’ai compris que je pouvais sans doute se faire rencontrer les deux univers : le travail de ce médecin et l’histoire d’une mère qui perd son fils. »

REPOS FORCÉ

Fragile, séduisant, Benoît Magimel avait la trempe pour interpréter Benjamin, un rôle bouleversant. « Je l’ai vécu de manière angoissante. J’étais renfermé au début du tournage, avec des douleurs que je gardais pour moi. » Pourtant, sans jamais forcer le trait, il nous fait vivre les émotions de son personnage : la peur, la colère, l’apaisement… À sa performance, récompensée d’un César en 2022, répond celle de Catherine Deneuv...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi