Une visite d'État du président algérien Abdelmadjid Tebboune en France "fin septembre-début octobre"

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune effectuera une visite d'Etat en France "fin septembre-début octobre", a annoncé lundi l'Elysée, à l'issue d'un entretien téléphonique entre Abdelmadjid Tebboune et son homologue français Emmanuel Macron.

Cette visite, plusieurs fois reportée, aura lieu "à une date à préciser" durant cette période, indique la présidence française.

Maintes fois reportée

Programmée d'abord début mai 2023, elle avait été repoussée à juin de la même année, les Algériens craignant alors qu'elle ne soit gâchée par les manifestations du 1er mai contre la très contestée réforme des retraites en France, selon des sources concordantes.

Mais Abdelmadjid Tebboune n'a ensuite jamais confirmé sa venue, qui devait consacrer l'embellie entre les deux pays après nombre de crises diplomatiques. Il s'était en revanche rendu au même moment en visite d'Etat en Russie, ce qui avait été perçu comme un désaveu envers Paris.

En décembre, Alger assurait encore que les conditions d'une visite n'étaient "pas idoines", évoquant alors cinq dossiers à régler au préalable, dont ceux de la mémoire, la mobilité, la coopération économique et des essais nucléaires français dans le Sahara algérien.

"Les deux présidents ont évoqué l'approfondissement du partenariat renouvelé entre la France et l'Algérie dans la suite de la déclaration d'Alger" conclue lors de la visite d'Emmanuel Macron à Alger en août 2022, a précisé l'Elysée.

Visite de Darmanin à Alger en novembre 2023

Ce partenariat renouvelé doit intervenir "sur le plan économique, énergétique, agricole, éducatif et culturel ainsi qu'en matière de mobilités et d'échanges humains", rappelle la présidence française.

"S'agissant des questions mémorielles, ils se sont félicités des récentes avancées de la Commission mixte franco-algérienne d'historiens présidée par les professeurs Mohamed Lahcen Zeghidi et Benjamin Stora, qui se réunira de nouveau en avril, ajoute-t-elle.

"Ils ont également évoqué les questions régionales et la coopération au Conseil de sécurité des Nations unies, s'agissant notamment du conflit au Proche-Orient", poursuit-elle

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin s'était rendu en novembre à Alger, où il avait été reçu par le président algérien, pour évoquer notamment "la lutte contre la criminalité organisée", les "migrations" ainsi que les "conséquences de la crise" au Proche-Orient.

Article original publié sur BFMTV.com