Publicité

Visite de Charles III: le roi se rend en terrain conquis à Bordeaux, dernière étape de sa visite en France

Visite de Charles III: le roi se rend en terrain conquis à Bordeaux, dernière étape de sa visite en France

Charles III en terrain conquis? Le roi conclut ce vendredi sa visite d'État de trois jours en France par une étape à Bordeaux, ville symbole des liens avec l'Angleterre, qui a régné trois siècles sur le Bordelais.

En 1152, le mariage d'Aliénor, duchesse d'Aquitaine, avec Henri II Plantagenêt, qui deviendra roi d'Angleterre deux ans plus tard, a en effet marqué le début de trois siècles de domination anglaise dans la province, jusqu'à la fin de la guerre de Cent Ans en 1453. Aujourd'hui, la Nouvelle-Aquitaine reste la terre d'élection d'un quart des Britanniques résidant en France, selon l'Insee, soit 39.000 résidents en 2016.

"L'Aquitaine a été unie à l'Angleterre pendant près de 300 ans, cela faisait partie de la couronne d'Angleterre (...) On peut penser qu'ils ont choisi [la région] pour ce passé très fort", rappelle pour BFMTV Guilhem Pépin, spécialiste de l'Aquitaine anglaise.

L'environnement au cœur de cette étape

Le premier interlocuteur de Charles III à Bordeaux sera le maire écologiste de la ville Pierre Hurmic, qui avait déclaré l'état d'urgence climatique après son élection en 2020. Écologiste convaincu, le roi Charles III a ainsi placé l'environnement au cœur de sa dernière étape en France.

Il visitera ensuite une forêt expérimentale à Floirac, où des scientifiques de l'université de Bordeaux et de l'Inrae (Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement) étudient depuis 2020 la réponse des forêts aux changements environnementaux. Ils s'intéressent particulièrement à leur adaptation à la sécheresse dans une région encore marquée par les gigantesques incendies de l'été 2022.

Enfin, avant de repartir en avion pour le Royaume-Uni, le couple royal sera réuni pour une dernière étape au Château Smith Haut Lafitte, fondé au 14e siècle et domaine viticole de 87 hectares converti à la biodynamie.

"On a pensé que c'était logique, car nous avons les mêmes valeurs. Nous avons été pionniers sur la protection de l'environnement et la biodiversité. Nous espérons pouvoir inscrire une petite phrase en son honneur sur la cuvée de cette année, car c'est une visite si incroyable", confie au micro de BFMTV la propriétaire du château Florence Cathiard.

Article original publié sur BFMTV.com