Dans le viseur de Beauvau, la LDJ en sursis

La une de Libération jeudi.

Après les accrochages avec des militants propalestiniens, le ministère de l’Intérieur étudie, selon nos informations, la possibilité juridique de dissoudre le groupuscule «d’autodéfense» juif.

La dissolution de la Ligue de défense juive (LDJ) est aujourd’hui, selon nos informations, sérieusement envisagée par le ministère de l’Intérieur. L’association «d’autodéfense» communautaire, que ses adversaires considèrent comme une milice, s’est fait remarquer depuis 2001 par ses méthodes violentes contre ceux qu’elle qualifie d’ennemis d’Israël (lire ci-contre).

Condamnés - avec plus ou moins de sévérité - par de nombreuses autres institutions juives, ses membres ne sont qu’une poignée ; ils sont cependant accusés, comme certains propalestiniens radicaux, d’attiser les tensions intercommunautaires en France, alors que se succèdent les manifestations liées au conflit armé à Gaza.

«Motifs ethniques».«La DLPAJ [Direction des libertés publiques et des affaires juridiques du ministère de l’Intérieur] travaille à temps plein pour étudier la possibilité d’une interdictionde la LDJ, confie une source policière haut placée. Nous menons l’analyse la plus fine possible pour être certains que c’est faisable.» Le procédé, en effet, est encadré en droit. L’article 212-1 du code de la sécurité intérieure mentionne sept critères pouvant justifier une dissolution par décret en Conseil des ministres. Selon nos informations, deux d’entre eux pourraient être invoqués contre la LDJ. L’un concerne les groupes qui«provoquent à la discrimination, à la haine ou à la violence pour motifs ethniques ou religieux, ou propagent des idées encourageant cette discrimination», l’au tre ceux «qui présentent, par leur forme et leur organisation militaires, le caractère de groupes de combat ou de milices privées».

La LDJ, n’étant pas dotée de statuts légaux, n’est pas officiellement une association. Mais l’article 212-1 permet également la dissolution de «groupements de fait» - appliquée par exemple au groupe (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

La Ligue de défense juive, une micromilice extrémiste
«Ulcan», du hacker au harceleur
Obsession identitaire
«Pourquoi ne pas avoir utilisé un Taser ou tiré dans les jambes ?»
Affaire Fiona : la justice refuse la remise en liberté de Cécile Bourgeon

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles