Publicité

Guerre Israël-Hamas : de violents combats dans la ville de Khan Younès

Guerre Israël-Hamas : de violents combats dans la ville de Khan Younès

L'armée israélienne affirme avoir encerclé la ville de Khan Younès, la plus grande ville dans le Sud de la bande de Gaza, alors que ses soldats recherchent activement Yahya Sinouar, le chef du Hamas, considéré comme un organisateur de l'attaque du 7 octobre dernier contre Israël.

Selon le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, Tsahal "encercle" la maison du chef du mouvement islamiste palestinien. "Sinouar se cache sous terre" estime de son côté Daniel Hagari, porte-parole de l'armée israélienne, en allusion aux tunnels de l'enclave palestinienne.

Vers un "effondrement total de l'ordre public"

Aucune zone de la bande de Gaza n'est préservée de la guerre. Le secrétaire général des Nations Unies s'alarme d'un prochain "effondrement total de l'ordre public" dans la bande de Gaza et pour la première fois depuis son arrivée à la tête de l'ONU, il y a sept ans, Antonio Guterres a invoqué l'article 99 de la Charte. Ce dispositif permet d'attirer l'attention du Conseil sur un dossier particulièrement grave pour la stabilité internationale.

Les hôpitaux sont débordés et ne fournissent que des soins rudimentaires. D'après le Hamas, plus de 1200 Palestiniens ont été tués depuis la reprise des combats et la fin du cessez-le-feu, il y a six jours. 70% des morts sont des femmes et des enfants.

Le gouvernement israélien a donné son accord pour une livraison "minimale" de carburant, ce jeudi. La quantité sera déterminée "au fur et à mesure" en fonction de la situation humanitaire.

80% des Gazaouis ont abandonné leur foyer

D'après les Nations Unies, 1.8 millions d'habitants de la bande de Gaza soit 80% de la population ont abandonné leur maison et fui, parfois plusieurs fois. Avec la propagation de la guerre au sol à l'ensemble de l'enclave, les réfugiés

La ville de Rafah, à la frontière avec l'Égypte, est le seul endroit où un peu d'aide humanitaire est encore distribuée, selon l'ONU. Mercredi 6 décembre, 80 camions transportant des vivres et du carburant y sont entrés, contre 170 par jour en moyenne pendant la trêve fin novembre et 500 avant l'attaque du Hamas du 7 octobre.