Violences en Guadeloupe: huit personnes interpellées dont un fonctionnaire de police

·1 min de lecture
Violences en Guadeloupe, à Petit Bourg, le 23 novembre 2021 - Christophe ARCHAMBAULT © 2019 AFP
Violences en Guadeloupe, à Petit Bourg, le 23 novembre 2021 - Christophe ARCHAMBAULT © 2019 AFP

Huit personnes, dont un fonctionnaire de police ont été interpellées lundi en Guadeloupe, dans le cadre d'une enquête sur les troubles violents autour de la crise sanitaire qui ont secoué l'île en novembre, a indiqué le parquet de Pointe-à-Pitre dans un communiqué.

Le coup de filet intervient dans le cadre d'une "enquête préliminaire" pour "association de malfaiteurs en vue de commettre un ou plusieurs crimes commis en bande organisée" qui a été confiée aux services de police locaux et judiciaires ainsi qu'à l'IGPN (l'Inspection générale de la police nationale), a précisé le parquet.

Sans donner plus d'informations sur le statut ou le rôle du fonctionnaire de police interpellé, le procureur de Pointe-à-Pitre, Patrick Desjardins a déclaré à nos confrères l'AFP avoir relevé des "complicités au sein de la police".

876450610001_6284390287001

Accusés d'avoir organisé les violences urbaines de novembre et décembre

Les mis en causes sont soupçonnés d'avoir activement participé à l'organisation et la préparation des violences urbaines qui se sont déroulées à Pointe-à-Pitre, Baie-Mahault et dans les communes avoisinantes courant novembre et décembre 2021, et notamment dans la nuit du 26 au 27 novembre à Pointe-à-Pitre.

Cette nuit-là, des policiers avaient essuyé des tirs à balles réelles dans plusieurs quartiers de l'agglomération de Pointe-à-Pitre, lors d'une série d'émeutes et de pillages par des gangs locaux en marge d'un mouvement de grève contre l'obligation vaccinale.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles