Violences en Guadeloupe: une cellule de crise présidée par Darmanin et Lecornu prévue ce samedi

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Blocage de routes en Guadeloupe pour protester contre l'obligation vaccinale - Carla BERNHARDT © 2019 AFP
Blocage de routes en Guadeloupe pour protester contre l'obligation vaccinale - Carla BERNHARDT © 2019 AFP

876450610001_6282937471001

Après plusieurs jours de violences en Guadeloupe, qui a pour origine la mobilisation anti-pass sanitaire, une cellule interministérielle présidée par Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer est prévue ce samedi à 18 heures, selon nos informations.

"Les deux ministres Darmanin et Lecornu vont présider cette réunion pour voir quelles nouvelles mesures peuvent être prises suite aux troubles à l'ordre public des derniers jours", a indiqué à l'Agence France-Presse (AFP) l'entourage de Sébastien Lecornu.

Vendredi, l'État avait déjà réagi en instaurant un couvre-feu entre 18 et 5 heures jusqu'au 23 novembre. Plus tôt dans la journée, le gouvernement avait décidé d'envoyer "dans les prochains jours" 200 policiers et gendarmes pour renforcer les forces de l'ordre, alors que les violences et les blocages se multiplient.

876450610001_6282908913001

29 personnes interpellées vendredi soir

Malgré le couvre-feu, de nouveaux feux se sont déclarés sur des barricades dans la commune de la Basse-Terre vendredi soir. Plusieurs affrontements ont par ailleurs été recensés entre forces de l'ordre et manifestants. Au total, 29 personnes ont été interpellées, selon une information BFMTV.

La mobilisation lancée il y a cinq jours par un collectif d'organisations syndicales et citoyennes contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale des soignants contre le Covid-19 se double désormais de violences commises par des émeutiers.

Après une nuit de jeudi à vendredi particulièrement violente, les écoles sont restées fermées vendredi et, en raison de très nombreux barrages routiers, l'activité tourne au ralenti. Devant le CHU, les seuls véhicules autorisés à entrer restent les ambulances.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles