Publicité

Pour Vincent Dedienne, « mensonge » et « discrimination » continuent de pourrir la vie des homosexuels en France

Vincent Dedienne, ici au mois d’octobre 2022, à Lyon.
Vincent Dedienne, ici au mois d’octobre 2022, à Lyon.

LGBT - « C’était il y a dix ans. Il y a longtemps mais pas tant que cela. » À l’occasion de la diffusion, ce mardi 16 mai en première partie de soirée sur France 2, d’un documentaire intitulé Homos en France qu’il a coécrit, Vincent Dedienne a confié au Parisien ce qu’il pense de la situation des homosexuels dans notre pays, une décennie après le vote de la loi Taubira.

« L’état des lieux est contrasté. Le mariage pour tous a été une bonne nouvelle pour certains et une mauvaise pour d’autres. Comme l’explique le documentaire, il a apporté l’homosexualité dans tous les foyers français, il a fait sauter les verrous, et le débat a été d’une rare violence », constate l’humoriste gay.

Dans l’interview, il poursuit : « Quels sont les stigmates aujourd’hui de cette violence ? Quand on regarde la jeune génération, et notamment ceux qui témoignent dans le documentaire, on a vraiment envie de danser et de leur dire merci. Mais quand on voit que le nombre d’agressions homophobes a encore bondi cette année, on sait qu’on est encore très loin du moment où l’on pourra éteindre notre vigilance… »

Ces mots ne sont pas anodins, notamment au regard du dernier rapport publié par SOS Homophobie, le même jour, veille de la journée internationale de lutte contre l’homophobie. Selon l’étude, les violences physiques contre les personnes LGBT+ ont augmenté de 27 % par rapport à 2021. «  Cela représente une agression physique tous les deux jours contre une personne LGBTI en 2022 », nous a expliqué son coprésident, Joël Deumier. De plus, en 2022, le nombre de cas de transphobie rapportés auprès de SOS Homophobie a augmenté de 35 % par rapport à 2020 et de 27 % par rapport à 2021.

« L’aveu, la honte, le mensonge »

C’est dans ce contexte France 2 diffuse, mardi soir à 21H10, le documentaire Homos en France, un film écrit par Vincent Dedienne et Aurélia Perreau, réalisatrice du précédant Noirs en France. Ensemble, ils ont interrogé un panel de personnes LGBT+, parmi lesquelles des anonymes, mais aussi des stars, comme Hugo Bardin (derrière la drag-queen Paloma), l’ex-star du foot Ouissem Belgacem et Angèle. « Pour ma grand-mère, c’était vraiment inacceptable », l’entend-on dire dans la bande-annonce.

Comme la chanteuse belge, ces personnes ont raconté face à la caméra les difficultés et la peine, mais aussi les moments de joie qu’ils rencontrent en raison de leur orientation sexuelle.

Découvrez ci-dessous la bande-annonce du documentaire :

D’après Vincent Dedienne dans Le Parisien, « où qu’on naisse, c’est une révolution de s’apercevoir qu’on est homosexuel. (...) Aujourd’hui encore, il faut toujours en passer par l’aveu, la honte, le mensonge, la discrimination ». Le documentaire sera suivi d’un débat animé par Julian Bugier, en présence de plusieurs témoins, dont le rugbyman Jérémy Clamy-Edroux et Clément Beaune, ministre des Transports.

À voir également sur Le HuffPost :

Dix ans après le mariage pour tous, où sont les lesbiennes dans la téléréalité ?

« On a fait un enfant entre amis et ce n’était pas un choix par dépit »