La Ville de Paris envisage d'ouvrir de nouvelles "salles de shoot"

Cyrielle Cabot
·1 min de lecture
Un usager se prepare sa dose de cocaïne dans une camionnette transformée en salle de shoot à Glasgow, le 11 septembre  2020 - ANDY BUCHANAN © 2019 AFP
Un usager se prepare sa dose de cocaïne dans une camionnette transformée en salle de shoot à Glasgow, le 11 septembre 2020 - ANDY BUCHANAN © 2019 AFP

La Ville de Paris reste déterminée à ouvrir quatre nouvelles "salles de shoot", pour accueillir et accompagner les toxicomanes et notamment les quelque 5000 consommateurs de crack dans la capitale, révèle Le Parisien ce samedi.

Ce projet, qui fait suite à l'ouverture d'un premier centre près de l'hôpital Lariboisière, dans le Xe arrondissement, avait été autorisé par la ministre de la Santé Agnès Buzyn en 2019. La mairie de Paris doit franchir une étape supplémentaire début novembre en rencontrant les préfets de police et de région Didier Lallement et Marc Guillaume, ainsi que des représentants de l'Agence régionale de Santé pour lancer officiellement le projet.

Plusieurs sites à l'étude

Selon Le Parisien, plusieurs sites ont été envisagés pour accueillir ces nouvelles salles, notamment la porte de la Chapelle qui abrite la colline du crack démantelée de nombreuses fois, mais aussi les jardins d'Eole dans le 18e arrondissement et le quartier des Halles. Des unités mobiles pourraient aussi être mises en place, pour sillonner la capitale à la rencontre des consommateurs de crack.

"Le but est de se positionner sur les lieux de consommation, d'être au plus près des toxicomanes", explique au quotidien Anne Souyris, adjointe à la Santé de la maire (PS) de Paris.

Dans quelques jours, la Ville lancera par ailleurs une grande consultation citoyenne dans les quartiers concernés.

Article original publié sur BFMTV.com