La ville de Lunel veut rouvrir les « maisons closes »

Par Audrey Emery
·1 min de lecture
La mairie de Lunel.

Comment faire le buzz en temps de Covid-19 sans parler de vaccination ? La petite cité héraultaise a trouvé la parade avec une campagne décoiffante.

Alors que la troisième vague de la pandémie s'approche tel un tsunami, certains n'hésitent pas à nager à contre-courant. Quand tous les élus de France se démènent sur la vaccination, le maire de Lunel annonce la « réouverture des maisons closes ». « Lunel ose ! » affiche sans vergogne la nouvelle campagne de communication de la ville, située à une trentaine de kilomètres de Montpellier. Une provocation d'autant plus assumée qu'elle ne désigne pas la création de lupanars Covid-compatibles, mais un grand projet de revitalisation du cœur historique à horizon 2030. « Sans artères fluides, sans réhabilitation de l'habitat dégradé et insalubre, sans la réouverture de commerces, en un mot sans l'ouverture de toutes les maisons closes, le cœur est voué à une mort inéluctable. Et si le cœur se meurt, c'est la ville tout entière qui s'éteindra à terme », décode le dossier de présentation de l'opération « Métamorph'ose » que souhaite engager le nouveau maire de Lunel, Pierre Soujol (DVD). « Je dois dire que le terme de maison close, qui fait référence à la prostitution et à l'esclavage des femmes, m'a d'abord choqué, souligne le député héraultais (LREM) Patrick Vignal. Mais sans marquer les esprits, le sujet n'aurait intéressé personne. Il fallait être disruptif car notre ville souffre d'une image qui ne lui correspond pas. À Paris, quand je dis que je viens de Lunel, mes collègues me demandent : “T'as un gilet pare-balles ??”.

« Lunel se dévoile »

53 millions d'euros (...)

Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :