Publicité

Un village sibérien datant de 8000 ans est le plus ancien site fortifié au monde

Comment se fait-il que des chasseurs-cueilleurs sibériens aient construit des villages entourés de structures défensives dès 6000 avant notre ère ? Peut-être pour contrôler des sites d’approvisionnement et se défendre contre les pillards. Ce qui pourrait démontrer que l’évolution sociale repose avant tout sur l’adaptation à l’environnement.

Des archéologues russes et allemands ont mis au jour un village fortifié datant de 8000 ans dans la taïga sibérienne. Situé à 2500 kilomètres à l’est de Moscou, Amnya est la plus ancienne installation défensive jamais identifiée et elle a été réalisée par des chasseurs-cueilleurs. Voilà qui bouleverse le paradigme évolutionniste qui fait de l’agriculture la condition préalable à la construction d’habitats durables et à des structures sociales complexes. Une étude publiée dans la revue Antiquity décrit en détail les éléments retrouvés sur place permettant de conjecturer la fonction de ce site, qui n’est d’ailleurs pas unique dans la région.

Un village sibérien datant de 8000 ans est le plus ancien site fortifié au monde

Pour rejoindre Amnya, il faut s’engager loin dans la forêt subarctique, le site se trouvant à plusieurs jours de bateau et d'hélicoptère de la ville la plus proche. L’endroit était déjà connu des chercheurs russes, qui l’ont fouillé au cours des années 1980 – comme d’autres établissements fortifiés qui émaillent la forêt entre les monts Oural et le fleuve Ienisseï –, mais en pensant qu’ils dataient tout au plus du premier âge du fer, vers 1000 avant notre ère.

Lorsque dans les années 2000, les premières datations au radiocarbone ont indiqué qu’ils étaient bien plus anciens, cette éventualité fut à l’époque jugée peu probable ; et pourtant, les nouvelles analyses réalisées par l’équipe germano-russe des universités de Berlin, Kiel et Ekaterinbourg ne laissent plus aucun doute : "Nous avons pu confirmer et concrétiser cette datation grâce à des dizaines de nouvelles données radiocarbone issues de contextes confirmés, ce qui nous a permis de fixer le début de l’établissement à peu avant 6000 avant notre ère", explique à Sciences et Avenir la première auteure de l’étude, Henny Piezonka, archéologue à l’université libre de Berlin.

promontoire d\'Amnya, forêt sibérienne Crédit : Nikita Golovanov / Piezonka et al., 2023
promontoire d\'Amnya, forêt sibérienne Crédit : Nikita Golovanov / Piezonka et al., 2023

Amnya se situe sur un promontoire qui domine la région. Crédits : Nikita Golovanov / Piezonka et al., 2023

Deux villages sur [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi