Vidéo. Avec la pandémie, le taux de suicide chez les jeunes Sud-Coréennes a explosé

South China Morning Post (Hong Kong)
·2 min de lecture

The South China Morning Post rapporte dans une vidéo des chiffres glaçants. Entre janvier et juin 2020, le taux de suicide chez les jeunes femmes coréennes a augmenté de 40 % par rapport à la même période en 2019. Une hausse que le quotidien hongkongais attribue au contexte économique, mais aussi à des problèmes préexistants à la crise sanitaire.

“Il est difficile de dire quel effet aura le Covid-19, à terme, sur un pays qui présente déjà l’un des taux de suicides les plus élevés au monde”, a déclaré Chung Sye-kyun, le Premier ministre sud-coréen.

Comme le souligne le South China Morning Post, “la Corée du Sud fait face depuis longtemps à des taux de suicide deux fois supérieurs à la moyenne des pays de l’OCDE”. Or, avec le coronavirus, la situation a empiré. Entre janvier et juin 2020, 296 femmes entre 20 et 30 ans se sont donné la mort. Une hausse de 40 % par rapport à la même période l’année précédente. Face à cela, le gouvernement a classé la catégorie des femmes de 20 à 39 ans comme groupe à haut risque en ce qui concerne le suicide.

Pour expliquer cette triste croissance, plusieurs facteurs sont à relever, selon cette vidéo du South China Morning Post, dont les informations sont majoritairement tirées des rapports de l’Institut coréen pour le développement des femmes (Korean Women’s Development Institute – KWDI).

<![CDATA[/* ><!]]>*/

Le premier facteur, ce sont les conséquences économiques de la pandémie. La Corée du Sud est en pleine récession, comme de nombreux autres pays. Et dans cette crise, les femmes, et en particulier les femmes jeunes, sont plus touchées que les hommes. Elles sont 617 000 à avoir perdu leur travail entre février et avril, contre 401 000 chez les hommes. Un chiffre que le KWDI explique par le fait que les femmes occupent souvent des postes considérés comme moins importants que les hommes. Cette discrimination de genre est renforcée chez les plus jeunes, qui ont moins d’expérience que leurs aînées.

À lire aussi: Restrictions. Séoul en “zone de guerre Covid-19”, la Corée du

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :