Une vidéo inédite montre Trump répétant avec difficulté son discours après l'assaut du Capitole

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Donald Trump répétant son intervention, le 7 janvier 2021, au lendemain de l'émeute contre le Capitole.  - Capture d'écran Twitter
Donald Trump répétant son intervention, le 7 janvier 2021, au lendemain de l'émeute contre le Capitole. - Capture d'écran Twitter

"Je ne peux pas dire ça... On peut l'enlever?" Dans cette vidéo diffusée jeudi à la télévision américaine, on peut découvrir Donald Trump, déjà battu par Joe Biden quelques semaines auparavant mais encore président des Etats-Unis en fonction, répéter l'allocution qu'il doit prononcer ce 7 janvier. Il lui faut alors réagir, au lendemain de l'invasion du Capitole - siège du Congrès américain à Washington - par ses partisans. Et, d'hésitation en correction, l'exercice lui pose visiblement de nombreuses difficultés.

Le dévoilement de ce document inédit auprès du grand public intervient dans le cadre du travail de la commission d'enquête parlementaire visant à faire la lumière sur cet assaut du 6 janvier 2021. À l'issue de la séance de jeudi, leur huitième session en l'espace de six semaines et la seconde à être ainsi retransmise à la télévision, les élus composant la commission ont d'ailleurs émis une déclaration commune. Ils estiment que le président des États-Unis de l'époque a "failli à son devoir" dans cette circonstance historique et que les responsables de l'événement "y compris la Maison Blanche, devraient rendre des comptes".

Une lecture politique

Mise sur pied il y a un an, l'équipe d'enquêteurs parlementaires a eu le temps d'entendre plus de 1000 témoignages et de produire environ 120.000 documents. Et parmi eux: les essais d'allocution de Donald Trump face caméra. Les difficultés que rencontre alors le président américain à maîtriser son speech vont au-delà de l'anecdote. Car si certaines différences entre la vidéo officielle et ces premières tentatives sont seulement sémantiques, d'autres invitent à une lecture bien plus politique.

Ainsi, dans la vidéo officielle, diffusée le 7 janvier 2021, Donald Trump assurait: "Une nouvelle administration prêtera serment le 20 janvier. Je m'efforce maintenant d'assurer une passation de pouvoir en douceur, ordonnée et sans accrocs. Ce moment appelle à la guérison et à la réconciliation." Une manière de reconnaître, sans le dire, la victoire de Joe Biden.

Mais l'envers du décor, partagé par la commission d'enquête, le montre bien moins conciliant: "'L'élection est derrière nous. Les résultats ont été certifiés'... Je ne veux pas dire 'l'élection est derrière nous', je vais seulement dire que le Congrès a validé les résultats sans dire que l'élection est derrière nous, d'accord?" On perçoit alors la voix de sa fille, Ivanka - dont on sait qu'elle a désapprouvé le refus paternel d'admettre les résultats du scrutin - suggérer: "Tu peux dire: 'À présent que le Congrès a validé...".

Double entente

D'autres moments sont à double entente. Alors qu'il s'est embarqué voilà des semaines dans une longue fuite en avant, de contestation en contestation, Donald Trump bute sur le mot "yesterday" ("hier", en français): "'Yesterday', c'est dur à dire pour moi. Je vais enlever 'yesterday' parce que ça ne marche pas avec le reste."

Le prompteur l'agace également. En effet, il ne sait pas s'il doit lire "defy" (défier) ou "defile" (souiller). "Les manifestants qui sont entrés au Capitole ont défié le siège... Non, souillé, c'est 'souillé'? J'arrive pas à bien voir... Non, non je vais y arriver", affirme-t-il à la cantonade. La phrase définitive sera la suivante: "Les manifestants qui se sont introduits dans le Capitole ont souillé le siège de la démocratie américaine."

Un rapport à l'automne

La vidéo de ces répétitions se termine sur une dernière séquence étonnante. Alors qu'il doit seulement jurer que "(s)on unique but était de (s)'assurer de l'intégrité des votes", Donald Trump savonne à plusieurs reprises, au point que le chef d'Etat en frappe son pupitre.

Et les parlementaires n'en sont sans doute pas au bout de leurs révélations, ni les Américains de leurs découvertes autour de cette émeute, emblématique de la fin chaotique du mandat de Donald Trump. La commission d'enquête a annoncé qu'elle mènerait de nouvelles auditions en septembre en vue de la remise de son rapport plus tard à l'automne.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles