Vidéo. Le franc-parler de Youn Yuh-jung a conquis le public des Oscars

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

L’actrice sud-coréenne a remporté dans la nuit de dimanche à lundi 26 avril l’oscar du meilleur second rôle féminin pour sa prestation dans le film Minari. À la réception de la statuette, Youn Yuh-jung s’est démarquée par son humour et sa franchise.

Son humour n’a laissé personne indifférent. Invitée à monter sur scène pour recevoir l’oscar du meilleur second rôle féminin, l’actrice coréenne Youn Yuh-jung a démarré son discours de façon tonitruante. “Monsieur Brad Pitt… enfin ! Je suis ravie de faire votre connaissance, a-t-elle lancé à l’acteur star. Où étiez-vous pendant tout notre tournage ?

N’ayant pas la langue dans sa poche, l’actrice de 73 ans a tout de suite rappelé la prononciation correcte de son nom, écorché quelques secondes auparavant par l’acteur américain Brad Pitt, chargé de lui remettre le trophée. “Ce soir, vous êtes tous pardonnés”, a-t-elle conclu en souriant.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un discours drôle et surtout modeste

Avant de jouer le rôle de Soon-ja, une grand-mère excentrique, dans le film américain multiprimé Minari, Youn Yuh-jung regardait la cérémonie des Oscars à la télévision, en Corée du Sud. Elle a admis ne pas arriver à croire qu’elle participait à la 93e cérémonie. “Moi, seule ici derrière ce podium, je n’en reviens pas, a-t-elle dit, émue. Donnez-moi un instant, que je reprenne mes esprits.”

Après avoir remercié chacun des membres de la “famille Minari”, l’actrice a ajouté qu’elle ne croyait pas en ses chances. “Comment ai-je pu l’emporter face à Glenn Close ? J’ai vu tant de ses films. Les cinq nominées sont chacune gagnantes pour un film différent, a-t-elle déclaré, avec une grande modestie. Ce soir, je crois bien que la chance a joué en ma faveur. J’ai eu plus de chance que vous​.”

Youn Yuh-jung a finalement remercié ses deux

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :