VIDÉO. 209 ans après sa mort, le retour impérial du général Gudin

·1 min de lecture
Le cercueil du général Gudin au départ de Moscou.
Le cercueil du général Gudin au départ de Moscou.

Le pilote lâche brutalement les freins et l?avion file comme un boulet pour s?arracher de la piste de l?aéroport de Moscou Cheremetievo. Sous nos pieds, dans la soute, la dépouille du général de Napoléon Charles Etienne Gudin qui va rejoindre la France, presque 209 ans après sa mort, des suites des blessures reçues lors de la bataille de Valoutina-Goura, premier vrai affrontement de la campagne de Russie.

Une reconstitution historique réalisée par des historiens amateurs au départ du cercueil à Moscou.

Mais ce n?est pas un avion de la République qui rapatrie les restes de ce héros de l?empire. L?Airbus A320 blanc, flanqué d?une longue flamme d?or qui brille sous le soleil rasant est l?un des appareils de la flotte aérienne privée, nommée Meridian, de l?oligarque russe Andrey Kozystin. L?homme de 60 ans qui dirige l?UMMC (Ural Mining and Mettalurgical Company) un conglomérat métallurgique, possède une demi-douzaine d?aéronefs et pèse environ sept milliards d?euros. Deux passions, « l?histoire et le business, mais bien dans cet ordre là », dit doucement Anastasia Goryakova, sa représentante à bord, jeune femme brune qui porte des bijoux délicats. Elle parle au bad boy de l?histoire, Pierre Malinowski, vautré dans l?un des cinquante profonds fauteuils en cuir de l?appareil - conçu à l?origine pour transporter 150 passagers - qui, une coupe de champagne à la main, savoure sa victoire. « J?espère qu?on ne va pas prendre un missile ! » rigole-t-il.

« L?autorisat [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles