Publicité

La victoire de Donald Trump dans l’Iowa a été annoncée tellement tôt qu’il n’y avait personne pour la fêter

ÉTATS-UNIS - Une victoire écrasante annoncée une demi-heure à peine après le début du vote. Donald Trump a remporté ce lundi 15 janvier au soir dans l’Iowa la première des primaires républicaines, avec 51 % des voix, selon des résultats quasi définitifs. Les scores face à Ron DeSantis et Nikki Haley étaient tellement tranchés dès l’ouverture des premiers bulletins de vote que les médias américains ont annoncé les résultats très vite.

Donald Trump, vainqueur dans l’Iowa, donne déjà rendez-vous en novembre

Tant est si bien, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo en tête d’article, que personne n’était arrivé dans la salle des fêtes de Des Moines, la capitale de cet État du Midwest quand ils ont été annoncés. Le Washington Post décrit une salle de bal « extrêmement silencieuse » lors de l’annonce de la victoire de Trump. Ni les équipes de Trump, ni les partisans, ni même le barman n’était là, et les bols de pop-corn sont restés intacts sur les tables vides.

Discours deux heures plus tard

C’est seulement deux heures après avoir officiellement remporté le caucus que Trump a livré son premier discours devant une foule de partisans rassemblés dans une ambiance festive. L’ancien locataire de la Maison Blanche les a accueillis avec un discours unificateur : « Il est temps maintenant (...) pour notre pays de s’unir », a-t-il commencé.

« Que l’on soit républicain ou démocrate, libéral ou conservateur, ce serait tellement bien si nous pouvions nous rassembler et redresser le monde, redresser les problèmes et redresser toute la mort et la destruction dont nous sommes témoins », a-t-il poursuivi.

Puis, il s’est lancé dans un exposé de son programme électoral en s’engageant, en cas de victoire à la présidentielle, à « fermer la frontière » avec le Mexique et à forer davantage de puits de pétrole.

Même s’il compte moins de 1 % de la population des États-Unis, l’Iowa occupe une place de choix sur la scène politique américaine depuis plus de 50 ans, car il donne un premier ton dans la saison des primaires. Même Joe Biden l’a reconnu dans un message d’appel aux dons : Donald Trump est devenu « le net favori de l’autre camp à ce stade ».

Autre enjeu du scrutin de l’Iowa : la deuxième place. C’est le gouverneur de Floride Ron DeSantis, un conservateur quadragénaire aux positions choc sur l’immigration ou l’avortement, qui l’occupe avec 21 % des voix.

À voir également sur Le HuffPost :

NFL : la neige n’a pas refroidi les fans des Buffalo Bills au match contre Pittsburg

Au Texas, la mort de 3 migrants noyés dans le Rio Grande scandalise le camp Biden