Victime de violences conjugales, elle glisse un "SOS" à une pharmacienne qui appelle la police

Mardi, une femme enceinte est parvenue à glisser un mot à une pharmacienne pour lui signifier qu'elle est victime de violences conjugales. Son conjoint a pu être rapidement arrêté.

C'est un petit mot qui l'a peut-être sauvée. Mardi, vers 17 heures, une femme enceinte âgée de 36 ans entre dans une pharmacie d'Illkirch-Graffenstaden, dans la banlieue de Strasbourg, rapporte ce mercredi la police. Accompagnée de son conjoint, elle présente alors une ordonnance, et parvient à glisser à destination de la pharmacienne un petit morceau de papier où le mot "SOS" est écrit.

Comprenant la situation, cette dernière appelle la police, qui peut ensuite procéder à l'interpellation du conjoint, soupçonné de violences conjugales.

"La pharmacienne a [...] pris conscience de la situation et a tout mis en oeuvre pour provoquer l'intervention de la police nationale. Rapidement sur place, les policiers ont procédé à l'interpellation du compagnon qui a été placé en garde à vue", ajoute la Direction départementale de la sécurité publique dans un communiqué.

Violences verbales et menaces de mort

"La victime a exposé aux policiers les violences verbales et les menaces de mort dont elle a été victime et pour lesquelles elle n'a pour l'heure jamais osé déposer plainte. Elle a également évoqué le contexte particulièrement compliqué de sa relation actuelle avec son conjoint, le tout dans un climat de séparation et de mariage de complaisance", a poursuivi cette même source.

Le mari, âgé de 30 ans, sera prochainement présenté à la justice, a poursuivi la DDSP, qui a salué "le professionnalisme et la réactivité de cette pharmacienne".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Violences conjugales: comment sont formés les policiers à la prise en charge des plaintes ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles