Publicité

Qui veut être mon associé ? (M6) - Tony Parker : "J’ai peut-être dépensé plus que ce que j’aurais pu penser à la base..."

Etiez-vous un fidèle téléspectateur de l’émission avant d’accepter de vous lancer dans l’aventure ?

Tony Parker : Un des producteurs m’avait sollicité pour que je participe à la deuxième saison. Je pensais que ce programme était comme la téléréalité Shark Tank, diffusée aux États-Unis. C’est assez violent, et les investisseurs sont très sévères. Ça ne m’intéressait pas d’aller casser des entrepreneurs, je suis plus dans la bienveillance. Lors de la troisième saison, la production a continué de m’envoyer des messages. Là, je me suis décidé à regarder l’émission et j’ai trouvé ça génial. J’ai ensuite rencontré Anthony Bourbon (présent depuis la deuxième saison, ndlr), qui m’a convaincu.

Quel aspect du programme vous a le plus séduit ?

C’est une émission qui correspond totalement à mes valeurs. Il y a de la gentillesse, et je pense que ça peut réellement changer la vie des gens. C’est ce que je veux faire dans mes investissements. Je cherche des façons d’avoir un impact positif sur notre société. Je suis animé par l’envie de transmettre, de redonner et de partager mon expérience. Avec la Tony Parker Adéquat Academy, l’objectif est d’aider les jeunes à trouver du travail. Je me suis dit que ça pouvait être cohérent de participer dans le même temps à Qui veut être mon associé ?

À lire également

Qui veut être mon associé ? (M6) : un juré dézingue un duo de pêcheurs (VIDEO)

Comme vous êtes un businessman, quelles ont été les réactions de vos partenaires en apprenant votre participation ?

Tous mes actionnaires, tous les entrepreneurs sont venus me voir pour me dire à quel point ils appréciaient l’émission. Ça, c’est quelque chose d’important pour moi : que ce programme soit respecté et que ce ne soit pas une sorte de télé-réalité dont on se moque. Il faut le dire : Qui veut être mon associé ? a une vraie crédibilité.

Avez-vous investi plus d’argent que ce que vous aviez prévu initialement ?

Je n’avais pas de somme en tête, pour être honnête. Le montant que j’apporte dans un projet dépend de la mission, mais aussi de la personne qui le porte. Investir dans une entreprise, c’est aussi investir dans l’humain. Je me suis d...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi