Venise n’est pas en Italie (France 2) Valérie Bonneton : "Mes enfants n’ont jamais vu un de mes films, je n’ai pas envie"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans cette jolie comédie familiale douce-amère, signée Ivan Calbérac, l’actrice incarne une mère perchée et touchante. Elle nous en parle avec bienveillance.

Que diriez-vous pour la défense d’Annie Chamodot, votre personnage, qui est sacrément gratinée ? 

Valérie Bonneton : Je dirais que c’est quelqu’un qui assume sa différence. Elle ne fait pas semblant. J’aime bien son acceptation de qui elle est, même si c’est la honte pour ses petits. Tous les parents sont maladroits, parfois. Annie est une mère qui essaie de bien faire, mais qui est totalement à côté de la plaque. Quand elle teint les cheveux en blond de son fils Émile, un ado introverti, et qu’elle assume en lui disant : « Soit on est beau naturellement, mais c’est très rare, soit faut optimiser ton capital de départ ! », là est tout le personnage. Elle ne se rend pas compte de sa « monstruosité ». Mais Annie et Bernard, son mari, joué par l’excellent Benoît Poelvoorde, aussi barrés soient-ils, ont l’essentiel : ils aiment leurs enfants. 

À lire également

L'immense déception de Benoît Poelvoorde aux César : "J'étais certain de l'avoir, ça a été terrible" (VIDEO)

Cette comédie traite de l’enfance, mais aussi de la parentalité. Quelle mère êtes-vous dans la vie ?

Je crois que, ce que l’on n’a pas eu petit, on a tendance à l’offrir à nos gamins. À travers eux, on répare des choses... 

Lire la suite sur Télé 7 Jours   

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles