Vendredi, journée la plus chaude de la semaine en France

REUTERS/Pascal Rossignol

La troisième canicule de l'année en France atteint son pic vendredi avec entre 38 et 41°C dans le pays, une chaleur qui épuise les centaines de pompiers français et désormais européens engagés d'est en ouest sur de multiples incendies.

Un avant-goût de 2050: la troisième canicule de l'année en France atteint son pic vendredi avec entre 38 et 41°C dans le pays, une chaleur qui épuise les centaines de pompiers français et désormais européens engagés d'est en ouest sur de multiples incendies. Sur la zone du pire feu de forêt français du moment, près de Landiras, en Gironde, il devrait encore faire 37°C vendredi, après 41°C jeudi, où 1.100 pompiers combattent jour et nuit. Pour les épauler, 361 pompiers européens - allemands, polonais, autrichiens ou roumains - ainsi que des Canadair italiens, grecs et suédois ont pris jeudi la route du sud-ouest.

Des pluies de cendres, un ciel orangé, l'air chargé d'une odeur de fumée... Cet incendie monstre - qui avait déjà noirci 14.000 hectares en juillet et en a ravagé 7.400 en deux jours - a poussé à l'évacuation de 10.000 personnes. Accrochés aux habitations vidées, des témoignages de gratitude - "Merci pour nos maisons" ou "Merci les pompiers", peints sur des draps blancs. "On se croirait en Californie, c’est gigantesque… pourtant il y a une culture du feu de forêt" localement, confie les yeux cernés Rémy Lahlay, pompier professionnel depuis 20 ans, venu en renfort depuis la Rochelle et habitué aux forêts de résineux, "mais là, on se fait déborder de partout". Trois fois plus d'hectares en France ont brûlé que la moyenne annuelle des dix dernières années, et l'année est record dans l'Union européenne depuis le début des relevés en 2006.

Lire aussi :Jura : 330 hectares de forêts et de broussailles brûlés, l'incendie toujours en cours

Même le Jura, au climat normalement plus modéré, est frappé: depuis mardi, deux incendies ont dévoré environ 660 hectares de forêt dans le sud du département. Jeudi en fin(...)


Lire la suite sur Paris Match