Vendredi 13 : quelles sont les origines des superstitions ?

La superstition autour du vendredi 13 pourrait tenir ses origines de la Bible ainsi que de la mythologie grecque, romaine ou nordique. (Getty Images)

Cette année, le mois de mai a son vendredi 13. Synonyme de poisse pour certains, jour de chance pour d’autres, ce jour particulier fait depuis longtemps l’objet de nombreuses superstitions.

Le vendredi 13 est un jour équivoque et énigmatique. Synonyme de poisse pour beaucoup, il est au contraire un jour porte-bonheur pour d’autres. Tous les ans il y a au moins un vendredi 13, plus souvent deux et parfois trois, seulement si le premier jour de l’année tombe un jeudi.

Les paraskevidékatriaphobes, autrement dit les phobiques du vendredi 13, ne peuvent donc pas échapper bien longtemps à ce jour qu’ils pensent maudit, pendant que d’autres s’en réjouissent et en profitent pour jouer au loto ou a tout autre jeu de hasard. Preuve en est avec la Française des Jeux qui enregistre deux fois plus de joueurs un vendredi 13 qu’un jour "classique". C’est grâce à cette superstition que la société propose depuis sa création des super cagnottes à cette date.

Un mythe de la religion catholique

La superstition du vendredi 13 portant malheur tiendrait ses origines de la Bible. Lors de la Cène, le dernier repas du Christ, 13 personnes étaient présentes à table et Judas, l’apôtre qui a trahi le Christ était le 13e convive. Jésus a été arrêté par les Romains a été jugé dès le lendemain, un vendredi, avant d’être crucifié. Deux scènes qui peuvent justifier que le vendredi 13 soit considéré comme maudit.

Également un mythe nordique

La peur du vendredi 13 viendrait également de la mythologie nordique. Le dieu des guerriers Odin organisa un dîner à 12 jusqu’à ce que Loki, dieu de la guerre et du mal, s’invite sans avoir été convié. Le fils d’Odin, Balder, dieu de l’amour et de la lumière, tente alors de le chasser mais se fait tuer d’une flèche dans le cœur par Loki. Depuis, dans les pays scandinaves, le chiffre 13 est considéré comme maudit.

Grecs et romains n’aimaient pas le 13

Chez les Grecs et les Romains le 13 n’était pas apprécié non plus. Tout simplement parce que le 12 était considéré comme le nombre parfait : 12 dieux olympiens, 12 constellations, 12 signes du zodiaque... Le nombre qui vient après, le 13, implique donc de casser ce cycle régulier et représente donc le malheur.

Le vendredi 13 octobre 1307 en cause ?

La superstition du vendredi 13 pourrait également venir du vendredi 13 octobre 1307. Date à laquelle le roi Philippe Le Bel fait arrêter les membres de l’ordre du Temple dont leur grand maître Jacques de Molay, pour apostasie et mauvaises mœurs. Il les fait torturer afin qu’ils avouent des crimes qu’ils assurent ne pas avoir commis, avant d’en condamner au bûcher. Selon la légende, Jacques de Molay aurait prononcé ces mots avant de mourir : “Vous serez tous maudits, jusqu’à la treizième génération”.

Des événements tragiques les vendredis 13

S’il est donc impossible d’affirmer que tel ou tel événement est bien à l’origine de la superstition du vendredi 13, plusieurs faits tragiques se sont déroulés ces dernières années lors de cette date particulière. Le vendredi 13 janvier 2012, le navire de croisière Costa Concordia fait naufrage au large de la Toscane. Selon un bilan officiel, 32 personnes trouvent la mort sur les 4 229 personnes à son bord. Le vendredi 13 novembre 2015, il y a 5 ans jour pour jour, plusieurs attentats meurtriers ont lieu à Paris et à côté du Stade de France, à Saint-Denis. 130 personnes trouvent la mort, ce qui en fait à ce jour l’attentat le plus meurtrier de l’histoire de la France. Chez nos voisins belges, le vendredi 13 mars 2020 est considéré par les plus superstitieux comme “le jour où tout a basculé”, ce jour où “on a pris conscience que le coronavirus allait changer nos vies”.

VIDÉO - 5 choses à savoir sur la Française des Jeux