Publicité

Pour vendre du muguet le 1er mai, voici quelques règles à savoir

MUGUET - C’est une tradition à laquelle certains ne dérogeront pas cette année. Le 1er mai constitue la journée internationale de solidarité des travailleurs, mais aussi la « fête du muguet », au cours de laquelle on offre à ses proches quelques brins de cette petite fleur blanche parfumée. Comme le rappellent chaque année les autorités, sa vente par des particuliers est strictement encadrée. Il s’agit d’une « tolérance encadrée », pointe notamment le site servicepublic.fr.

« Alors que toute vente de rue est en principe soumise à autorisation, la vente de muguet le 1er mai fait office d’exception. Un particulier ou un acteur associatif peut vendre du muguet, en respectant quelques règles », rappelle le site public.

« Les arrêtés municipaux prévoient généralement une distance minimum à respecter avec le fleuriste le plus proche », explique en particulier le ministère de l’Intérieur sur son site. « De plus, le muguet vendu sur la voie publique doit l’être uniquement en brin. » Autrement dit, il est impossible d’ajouter au muguet d’autres fleurs, privilège réservé aux fleuristes.

Les vendeurs n’ont pas non plus l’autorisation d’installer un petit point de vente avec « des tables, chaises et tréteaux ». « En outre, le muguet doit être cueilli en forêt, vendu sans emballage et en petite quantité », explique-t-on. « Enfin, si la vente de muguet est autorisée le 1er mai, il faut veiller à ce qu’elle ne constitue pas un danger pour les piétons ou les automobilistes. »

Comme le rappelait Le Monde en 2018, la tradition d’offrir des fleurs au début du mois de mai trouverait ses racines durant l’Antiquité. Le muguet sera officiellement associé à la « fête du travail et de la concorde sociale », instaurée par le régime de Vichy du maréchal Pétain, en 1941.

À voir également sur Le HuffPost :