Valls appelle les élus corses à condamner fermement les attentats

La classe politique en Corse doit condamner de façon plus claire les attentats commis en Corse contre des villas par des inconnus se réclamant du nationalisme, a estimé dimanche 9 décembre le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, alors qu'une vingtaine de villas ont été plastiquées dans la nuit de vendredi à samedi sur la côte occidentale de la Corse, sans faire de victime. Un homme, déjà condamné pour des plasticages, a par ailleurs été arrêté vendredi en Balagne avant cette "nuit bleue" avec des explosifs à bord de sa voiture.

Interrogé lors du "Grand Rendez-vous" Europe1-i-Télé-Le Parisien, Manuel Valls a déclaré: "Je n'entends pas suffisamment de voix parmi les responsables politiques pour condamner ce qui s'est passé hier (...) Je souhaite que tout le monde condamne ce qui s'est passé hier". "Vous trouvez cela normal que l'on s'attaque à des Français, à des compatriotes ? (...) La Corse est sans doute la région française qui a le statut le plus avancé en matière d'autonomie", a-t-il lancé.

"J'attends de tout ceux qui demandent une nouvelle étape en matière institutionnelle, une condamnation" des attentats à visées nationalistes, "On ne peut pas accepter dans une démocratie que l'on agisse avec des bombes pour des motifs politiques", a poursuivi le ministre.

Nouveau bilan

Selon un nouveau bilan, vingt-six résidences secondaires, au lieu de 24, ont été plastiquées dans une quinzaine de communes de Corse lors de la "nuit bleue" de vendredi à samedi, a-t-on appris dimanche de source proche de l'enquête. Deux nouvelles résidences secondaires endommagées ont en effet été repérées (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Valls appelle les élus corses à condamner fermement les attentats
Corse : enquête du parquet antiterroriste de Paris
Un homme tué par balles à Calvi
Corse : qui veut la peau d'Alain Orsoni ?
Corse : le retour du statut de repenti
Corse : les 5 priorités de Taubira
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.