Valérie Trierweiler raconte sa rupture : "Je ne traverse pas une période de crise"

Jordan Grevet
Politique

"Lorsque j'ai su, c'est comme si j'étais tombée d'un gratte-ciel". C'est en ces mots que Valérie Trierweiler explique, dans le dernier numéro de Paris Match, ce qu'elle a ressenti lorsque François Hollande lui a avoué entretenir une liaison avec Julie Gayet, quelques heures avant que Closer ne fasse éclater au grand jour cette affaire. Car si elle "entendait des rumeurs", elle "n'y prêtait pas attention" et ne s'attendait pas à une telle annonce. Ce soir-là, le président et sa compagne vont passer "une longue nuit à discuter, sans manger ni dormir", on se doute, pour discuter des modalités de leur séparation, qui sera officialisée quelques jours plus tard.

"Ce n'est pas parce qu'on n'est plus première dame que la vie s'arrête"

Après une trop courte nuit de sommeil, Valérie Trierweiler craque. "Le Lendemain matin, en entendant les informations, elle s'est évanouie", écrit Paris Match. Lorsqu'elle reprend connaissance, on lui demande si elle veut être hospitalisée, elle répond oui. "Elle veut se protéger", précise le magazine. Suivra alors une semaine d'hospitalisation à la Pitié-Salpêtrière, à Paris.

Avec le recul, Valérie Trierweiler relativise cette séparation et assure qu'elle "va bien". "Cela peut paraître étrange mais, pour moi, je ne traverse pas une période de crise. Ce n'est pas la première rupture dans ma vie. Elle est violente car elle est médiatique". Une page se tourne mais l'ancienne première dame "ne regrette rien". "Ce que j'ai vécu a été une séquence de vie extraordinaire qui m'a amenée à autre chose. Je vais reprendre ma vie d'avant, mais elle sera enrichie d'une expérience nouvelle", assure Valérie Trierweiler. Et de conclure : "Ce n'est pas parce qu'on n'est plus première dame que la vie s'arrête".

Retrouvez cet article sur CloserMag.fr

Julie Gayet "attend son homme" dans un clip de Minor Alps (vidéo)
Barack Obama futur parrain du bébé de Kerry Washington ? Info ou intox… réponse des experts Closer
François Hollande est un "mufle", mais il n'est pas le seul...
Le 20h people : Michael Schumacher en phase de réveil, Renaud bientôt de retour
Sean Penn passe ses journées avec le fils de Charlize Theron
Ecouter du Beyoncé encouragerait-il les mauvais résultats scolaires ?