Publicité

Comment les vagues de chaleur sont-elles enregistrées ? Une météorologue nous répond

Comment les vagues de chaleur sont-elles enregistrées ? Une météorologue nous répond

Cet été, les manchettes ont été remplies d'informations sur des vagues de chaleur record.

Les 4 et 5 juillet, la planète a connu les journées les plus chaudes de son histoire. Mais vous êtes-vous déjà demandé comment sont enregistrées ces températures et comment nous vérifions qu'elles battent des records ?

Nous nous sommes entretenus avec la météorologue Tamsin Green pour le savoir.

Comment vérifie-t-on les records de chaleur ?

Partout dans le monde, les données météorologiques sont enregistrées de diverses manières, en surveillant non seulement la chaleur, mais aussi la pression, l'humidité, la vitesse du vent et les précipitations.

Les données sont collectées à l'aide d'équipements tels que des stations météorologiques, des ballons météorologiques, des bouées dans l'océan et des satellites.

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) fixe des normes strictes pour ces instruments, afin de garantir que les données sont mesurées de la même manière, dans le monde entier.

"Les capteurs de température doivent être placés à deux mètres au-dessus du sol, sur un terrain plat, à l'écart de tout arbre ou bâtiment. Ils doivent être placés dans une boîte blanche, ventilée et blindée afin de ne pas être affectés par la lumière directe du soleil ou quoi que ce soit d'autre. Ils sont peints en blanc afin de refléter le soleil ", explique Tamsin Green, météorologue pour Weather and Radar.

Canva
Une station météorologique officielle - Canva

Ce qui pourrait être plus surprenant, c'est le temps qu'il faut pour vérifier un record météorologique.

La température la plus élevée jamais enregistrée en Italie l'a été en août 2021, mais elle n'a été officiellement vérifiée que le 17 juillet 2023. Mais pourquoi ?

Chaque pays possède son propre service météorologique national, qui est responsable des stations météorologiques du pays. L'OMM dispose d'environ 11 000 stations météorologiques dans le monde entier.

Lorsqu'un service météorologique pense avoir un record, il soumet ses données brutes à l'OMM.

"L'OMM dispose d'experts qui examinent ces données brutes et qui doivent évaluer différents éléments, notamment le type d'instruments utilisés, l'environnement, les procédures d'étalonnage et les erreurs".

"En effet, si une station météorologique enregistre 45°C et qu'une autre, située à cinq kilomètres de là, enregistre 25°C, il est évident qu'il s'agit d'une erreur", précise Tamsin Green.

Comment savons-nous que les 4 et 5 juillet ont été les journées les plus chaudes jamais enregistrées ?

Les journées les plus chaudes de la planète, enregistrées les 4 et 5 juillet, ont battu un record légèrement différent, et ont donc été vérifiées différemment, que le record d'un seul pays.

"Il s'agit de données provenant du Centre national de prévision environnementale des États-Unis, qui a réalisé, selon ces données officielles, que ces deux jours étaient les plus chauds jamais enregistrés, parce qu'il a pris la moyenne mondiale de toutes les stations météorologiques officielles et qu'il a constaté qu'elle avait évidemment battu les records en moyenne", explique Tamsin Green.

"Il ne s'agit donc pas d'une station météorologique en particulier, ni d'une station météorologique en Floride qui a atteint 40°C. C'est le monde entier qui est concerné. Il s'agit du monde entier", ajoute-t-il.

Que signifient mes prévisions météorologiques ?

En tant que météorologue, Tamsin Green est une experte en matière de météo. Voici ses conseils pour comprendre les prévisions météorologiques, que vous pouvez voir à la télévision, ou sur votre téléphone.

Elle précise que, lorsque les prévisions indiquent une température, il s'agit de la température de l'air (mesurée à 2 mètres au-dessus du sol), et non de la température du sol, qui est souvent beaucoup plus élevée.

Parfois, nous voyons la "température ressentie" qui, selon cette météorologue, est un terme moins météorologique et n'est là que pour nous aider à comprendre ce à quoi nous sommes confrontés (et souvent ce que nous allons porter).

"Elle prend en compte non seulement la température de l'air, mais aussi le refroidissement éolien, l'indice de chaleur, etc", détaille-elle.

"Il se peut que vous regardiez les prévisions en hiver et que celles-ci indiquent qu'il fait 10°C dehors, mais il se peut aussi qu'un vent du nord très fort et glacial souffle et donne l'impression que la température est beaucoup plus froide qu'elle ne l'est en réalité".

Ces dernières années, la signification des informations relatives au pourcentage de pluie a fait l'objet de nombreuses spéculations.

Malgré une vidéo TikTok populaire (et erronée) qui a circulé, Tamsin Green confirme que le pourcentage correspond à la probabilité de voir de la pluie dans cette zone, et non au pourcentage de cette zone qui recevra de la pluie.

"Dans le cas des averses, il est incroyablement difficile de déterminer avec précision le moment et l'endroit où elles se produisent".

"Si une bande frontale de pluie se déplace, on peut identifier plus clairement le moment où elle arrivera, parce qu'elle est plus dynamique. Les averses apparaissent, se forment et se dissipent sur de très courtes périodes, la plupart du temps dans des zones très localisées".

Le principal conseil de Tamsin Green, lorsqu'elle consulte les prévisions météorologiques, est de ne pas laisser une icône sur son smartphone, dicter toute la journée.

"Cette icône ne dit pas tout. Il est très facile de voir une icône de pluie et de penser que ma journée est foutue. Or, ce n'est pas forcément le cas", assure-t-elle.

"Il se peut qu'il pleuve pendant quelques heures le matin, que le ciel s'éclaircisse et que le reste de la journée soit ensoleillé, que les températures augmentent et que la situation s'améliore. Il est donc très difficile de saisir l'essence de ce qui se passe réellement à l'aide d'une seule icône et d'un seul chiffre de température", ajoute la météorologue.

Regardez la vidéo ci-dessus pour en savoir plus sur la façon dont nous surveillons les vagues de chaleur.