Publicité

“Vague de résistance” contre l’arrivée en France de l’enseigne discount Atacadão

Après plusieurs mois d’incertitudes, le groupe Carrefour a finalement choisi Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, pour ouvrir, début 2024, son premier magasin discount Atacadão en France.

Rachetée en 2007 par le géant français de la grande distribution, cette chaîne brésilienne de magasins-entrepôts, où les produits sont directement vendus sur palettes et conditionnés en grande quantité, “est devenue la principale source de revenus” du groupe dans le pays sud-américain, indique l’hebdomadaire Veja.

“Face à l’ampleur de ce succès”, Carrefour a donc voulu répéter la formule dans son pays d’origine. Mais “même la promesse d’une offre jusqu’à 15 % moins chère n’a pas convaincu les Français”, fait observer le titre.

Le groupe avait d’abord souhaité installer son premier point de vente à la place de son actuel hypermarché de Sevran, une autre commune de Seine-Saint-Denis. Mais le maire divers gauche Stéphane Blanchet ainsi que des députés, des organisations syndicales, des commerçants et des habitants ont “lancé un mouvement de protestation”, “poussant l’entreprise à renoncer” en mars dernier, avant de jeter son dévolu sur son magasin d’Aulnay-sous-Bois.

Débrayage des salariés

Accueilli à bras ouverts par le maire de la commune, Bruno Beschizza (Les Républicains), le projet s’est, là aussi, heurté “à la résistance de la communauté”, explique le titre. Portée par des élus de gauche, une pétition inspirée par celle qui avait été lancée à Sevran “souligne les risques pour l’emploi et la dégradation de l’offre de produits avec [ce] changement de pavillon”.

Interrogé par l’hebdomadaire, un consultant précise qu’il existe en France un “souci de protéger les petits commerces locaux” et les “réglementations et les restrictions” concernant les grands magasins.

La transformation annoncée du Carrefour d’Aulnay-sous-Bois en discounter Atacadão doit s’accompagner d’un plan de départs volontaires. Inquiets de cette réduction d’effectifs, des salariés de l’hypermarché ont débrayé dans la matinée du jeudi 14 septembre.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :