Vaccination. San Francisco, première ville américaine à atteindre l’immunité collective ?

·1 min de lecture

Près des trois quarts des habitants de la ville sont vaccinés contre le Covid-19. Mais, selon plusieurs experts cités par le San Francisco Chronicle, les habitants devront continuer à vivre avec la maladie pendant encore quelques années.

San Francisco aura bien géré la crise sanitaire. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, la métropole californienne est citée en exemple pour sa gestion de la pandémie. Après la mise en place de mesures de distanciation sociale dès février 2020 et d’une grande campagne de dépistage, la ville s’est lancée dans la promotion de la vaccination. Et la stratégie a très bien fonctionné, affirme le San Francisco Chronicle.

Selon les données récoltées par la ville, 79 % des habitants âgés de 12 ans et plus avaient reçu au moins une dose de vaccin le 9 juin. “Et 69 % étaient entièrement vaccinés”, écrit le quotidien de Californie. L’hypothèse que la ville sera la première cité américaine à atteindre l’immunité collective est à nuancer :

Si San Francisco parvenait à l’immunité collective, cela voudrait dire que le nombre de contaminations, d’hospitalisations et de décès atteindrait des niveaux presque insignifiants. Et que si une personne non vaccinée, et venue d’ailleurs, importait le virus en ville, cela ne conduirait pas à une recrudescence incontrôlable de l’épidémie.

D’après le journal, la définition de l’immunité de groupe varie, mais les experts estiment que 70 à 90 % de la population doivent pouvoir résister au Sars-CoV-2. Les personnes vaccinées, ainsi que celles qui ont déjà eu la maladie, sont généralement

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles