Publicité

La véritable histoire de Dirk P, « le meurtrier de la chambre noire »

L’affaire avait secoué la communauté LGBT berlinoise au printemps 2012. Trois hommes gays ont été tués dans la capitale allemande et un autre a survécu à une tentative d’empoisonnement en l’espace de deux mois. Tous ont été victimes d’un même homme, Dirk P., un ancien infirmier qui était alors en stage pour devenir maître d’école, et qui a été pris de pulsions meurtrières.

Le premier passage à l’acte de Dirk P. remonte au 26 avril 2012. Ce jour-là, l’Allemand s’est rendu dans l’appartement d’Alexander M., un homme de 34 ans qu’il avait connu sur un site de rencontre. Il a alors versé « au moins 10 millilitres » d’ecstasy liquide (aussi appelé « gouttes knock-out » ou GHB et mortelles dès 4 ml) dans le verre de son hôte. Il lui a ensuite volé sa carte bancaire pour acheter des billets de train afin d’aller voir sa famille, comme le racontait alors le journal allemand « Tagesspiegel ». Alexander M. est mort dans les heures qui ont suivi.

Un seul homme a survécu

Dirk P. a, lui, poursuivi son parcours criminel. Le 5 mai 2012, il s’est rendu dans un bar gay de Friedrichshain, où il a fait la rencontre de Nicky Miller, 32 ans, dans une « dark room » (ou « chambre noire »). Une pièce plongée dans l’obscurité à l’intérieur de laquelle les clients peuvent avoir des relations sexuelles. Et là encore, le criminel a versé de l’ecstasy dans le verre de sa victime, avant d’utiliser sa carte bancaire pour acheter des billets de train.

À peine dix minutes plus tard, il a donné une bou...


Lire la suite sur ParisMatch