Publicité

Ursula von der Leyen promet des mesures pour répondre aux préoccupations des agriculteurs

Ursula der Leyen était accompagnée du Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, et du Premier ministre belge, Alexander De Croo, qui a initié la rencontre immédiatement après la clôture du Conseil européen, jeudi (1er février) .

Le dirigeant belge estime que l'agriculture est aujourd'hui confrontée à une "lasagne" de problèmes allant du fardeau de la mise en œuvre du Pacte vert à la sur-réglementation.

"Les agriculteurs veulent être un partenaire de la transition climatique, je n'ai vu aucun agriculteur qui n'aime pas la nature - ils vivent de la nature", explique-t-il, ajoutant que leur situation financière est cependant extrêmement difficile.

Lors de la réunion, les représentants des agriculteurs ont souligné l'importance de placer l'agriculture au centre des politiques agroalimentaires de l'UE, selon une source.

Si les éleveurs et les producteurs saluent des initiatives telles que le dialogue stratégique, récemment lancé par Ursula von der Leyen, les professionnels attendent des réponses concrètes, selon cette source.

"Je suis très sensible au message selon lequel les agriculteurs sont préoccupés par les charges administratives", explique la présidente de la Commission. Ursula von der Leyen ajoute que son institution compte présenter un paquet de simplification conçu pour répondre à ce problème lors de la prochaine réunion des ministres de l'Agriculture de l'UE le 26 février.

Hommage aux agriculteurs

"Les agriculteurs jouent un rôle essentiel dans l'économie et la société européennes, et leur travail contribue grandement à notre sécurité alimentaire et à notre mode de vie", insiste Ursula von der Leyen à l’issu du sommet.

Elle salue leur résilience en citant l'amélioration de la productivité agricole de 13 % l'année dernière et sa contribution au commerce extérieur de l'Union européenne. Les exportations agroalimentaires ont augmenté de 5 % au cours de la même période.

"Mais de nombreux défis subsistent. Par exemple, la tension sur les prix qui conduit à l'incertitude et, bien sûr, la nécessité de rester compétitif tout en travaillant à des normes élevées et à la protection de l'environnement", ajoute-t-elle.

"Les agriculteurs peuvent compter sur le soutien de l'Europe", assure la présidente de la Commission qui rappelle que l'UE consacre près d'un tiers du budget européen à l'agriculture.

Pour la responsable allemande, l'UE doit aussi défendre les intérêts légitimes des agriculteurs européens dans les négociations commerciales, notamment en garantissant des conditions de concurrence équitables en termes de normes d'importation.