Union de la gauche: pour Roussel, "un rassemblement de petits, ça fait des petits rassemblements"

Jules Pecnard
·2 min de lecture
Le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, le 19 avril 2021 - BFMTV / Capture d'écran
Le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, le 19 avril 2021 - BFMTV / Capture d'écran

Participer aux discussions, pourquoi pas, mais se rallier, c'est définitivement non. Invité ce lundi de BFMTV-RMC, le secrétaire national du Parti communiste, Fabien Roussel, a expliqué pourquoi il ne croyait pas à une quelconque fusion des candidatures issues de la gauche en vue de la présidentielle de 2022. Malgré la faiblesse d'un bloc au sein duquel Jean-Luc Mélenchon demeure en tête dans les sondages.

"Je ne crois pas que c'est un rassemblement de candidats sur un programme, où chacun va devoir faire des concessions, qui créera une dynamique", a déclaré le député du Nord qui, samedi, était absent des discussions organisées par l'écologiste Yannick Jadot.

"Mouiller la chemise"

Pour le numéro un du PCF, dont la candidature à l'élection présidentielle doit être validée par les quelque 50.000 adhérents du parti le 9 mai, un ticket commun PS-EELV, même si d'autres formations s'y greffent, ne peut espérer de succès en 2022. "C'est pas ça qui crée une dynamique, c'est les idées", juge-t-il.

"Jadot a soutenu Hamon en 2017, ça a fait 6%, donc c'est pas l'union qui fait un rassemblement. Un rassemblement de petits, ça fait des petits rassemblements", a grincé Fabien Roussel.

Selon lui, il faut avant tout que les différents candidats aillent "mouiller la chemise" sur le terrain pour tenter de reconquérir l'électorat populaire et ouvrier qui, en plus de s'abstenir massivement, est aujourd'hui acquis à Marine Le Pen. Qu'importe, donc, si les postulants partent en ordre dispersé, pour peu qu'ils fassent montre de "sincérité".

Dans notre dernier sondage Elabe, Fabien Roussel a été crédité de 1% des intentions de vote. La dernière candidate communiste à la présidentielle, Marie-George Buffet, avait recueilli 1,93% des suffrages exprimés en 2007. Le PCF a du chemin à parcourir pour remonter la pente.

Article original publié sur BFMTV.com