“Ukraine War Stories”, un jeu pour raconter l’occupation russe à Boutcha

Capture d’écran YouTube/StarniGames

Au printemps dernier, une équipe de développeurs ukrainiens avait déjà abordé le sujet de la guerre. Mais il s’agissait alors de se glisser dans la peau d’un conducteur des célèbres tracteurs vus dans des vidéos en train de remorquer des blindés russes abandonnés, et le parti pris était résolument ludique. Un nouveau projet vient d’être présenté, qui revient sur le conflit avec un ton beaucoup plus grave.

Narration interactive

“En octobre 2022, annonce sur son site la chaîne de télévision 24, le jeu Ukraine War Stories va être lancé, [et il traite de] la survie à Boutcha, Hostomel et Marioupol pendant l’occupation par l’armée russe.”

Le jeu prend la forme d’une “compilation de nouvelles visuelles [un genre qui consiste en une sorte de roman graphique interactif] sur l’invasion russe à grande échelle en Ukraine, en février 2022. Les événements se déroulent pendant le premier mois de guerre. Au centre de l’action, les civils, qui se retrouvent sous l’occupation russe. Ils ne vont pas se battre, mais seulement tenter de survivre.”

Développé par le studio ukrainien Starni Games, le projet entraîne les joueurs “dans la tourmente des événements, des premières frappes sur Hostomel jusqu’à la boucherie de Boutcha, et la résistance héroïque à Marioupol”.

Des récits de rescapés

“‘Votre mission sera de vous protéger, vous et votre famille, et d’évacuer en territoire sûr’ expliquent les développeurs, précise 24. Pour accomplir cette mission, il faudra faire preuve de courage et d’intuition, et il ne sera pas toujours possible de s’en sortir sans pertes.”

On pourrait considérer qu’il est de mauvais goût, au bas mot, d’associer le concept de jeu à ce type d’expérience, mais “chaque nouvelle est basée sur le vécu de témoins oculaires et sur des événements réels”. “Un des développeurs s’est lui-même retrouvé sous l’occupation”, souligne le site Oukraïnska Pravda. Il “a été obligé de se cacher avec sa famille dans le sous-sol sous leur garage, sans pouvoir évacuer. Sa maison, comme beaucoup d’autres dans la ville, a été pillée par les Russes. Il raconte les événements dont il a été témoin, et les développeurs s’en sont servis pour la création de l’histoire, ainsi que d’autres sources ouvertes”, ajoute 24.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :