Publicité

Ukraine: Thierry Mariani maintient que, selon lui, "les deux parties" ont provoqué la guerre

Thierry Mariani sur le plateau de BFMTV le 20 février 2023. - BFMTV
Thierry Mariani sur le plateau de BFMTV le 20 février 2023. - BFMTV

Le 24 février 2022, l'Ukraine était envahie par la Russie. Une "erreur", admet Thierry Mariani, qui soutient néanmoins que "les deux parties" (l'Ukraine et la Russie, NDLR) ont provoqué la guerre en ne respectant pas les accords de Minsk. "Si ces accords avaient été respectés, on n'en serait pas là", estime l'eurodéputé RN ce lundi soir sur BFMTV.

Même constat, selon lui, pour les crimes de guerre: "Ils sont commis des deux côtés et c'est inadmissible", déclare Thierry Mariani, co-président de l'association Dialogue franco-russe. Au niveau international, c'est pourtant la Russie qui est largement accusée de crimes commis depuis le début de l'invasion, notamment dans plusieurs localités comme Boutcha.

Souvent étiqueté comme étant "pro-russe", Thierry Mariani est d'ailleurs visé par deux enquêtes pour des "soupçons de corruption et de trafic d'influence", et "d'abus de confiance et blanchiment".

Thierry Mariani aurait notamment bénéficié, selon Le Monde, de voyages financés par la Russie, et la justice cherche à savoir dans quelle mesure ces cadeaux auraient pu servir de contreparties à des prises de position favorables à la Russie.

Macron souhaite "la défaite" de Moscou

Les exactions commises par l'armée de Poutine se poursuivent depuis près d'un an en Ukraine, et depuis quelques semaines, les assauts russes semblent avoir redoublé d'intensité le long de la ligne de front dans l'est. Ce lundi, la Russie a affirmé avoir "complètement" pris le contrôle d'une localité située à proximité immédiate de Bakhmout, une ville de l'est de l'Ukraine dont les forces russes s'efforcent de s'emparer depuis plusieurs mois.
Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, au Figaro et à France Inter, Emmanuel Macron a affirmé vouloir "la défaite" de Moscou face à l'Ukraine, tout en mettant en garde ceux qui veulent "avant tout écraser la Russie".

Article original publié sur BFMTV.com