Publicité

Ukraine : Macron dit vouloir "la défaite" de la Russie, mais sans l'"écraser"

Emmanuel Macron le 10 février 2023 à Bruxelles - Ludovic MARIN / AFP

Dans un entretien accordé vendredi soir au Figaro, au Journal du dimanche, et à France Inter et dévoilé ce samedi, le chef de l'Etat a fixé sa feuille de route par rapport au conflit en Ukraine. Il a dit son souhait de voir la défaite de l'envahisseur, mais non "l'écrasement" de la Russie.

De retour vendredi soir de la Conférence sur la sécurité tenue à Munich, le chef de l'Etat a fait quelques confidences aux journalistes du Figaro, du Journal du dimanche et de France Inter. Il a ainsi évoqué la guerre en Ukraine.

L'écrasement de la Russie ne sera "jamais la position de la France"

Emmanuel Macron a affirmé vouloir "la défaite" de Moscou face à l'Ukraine, tout en mettant en garde ceux qui veulent "avant tout écraser la Russie", ce qui ne sera "jamais" la "position de la France".

"Je veux la défaite de la Russie en Ukraine et je veux que l'Ukraine puisse défendre sa position, mais je suis convaincu qu'à la fin ça ne se conclura pas militairement", a-t-il déclaré dans le détail. "Ce qu'il faut aujourd'hui, c'est que l'Ukraine mène une offensive militaire qui perturbe le front russe afin de déclencher le retour aux négociations", a-t-il repris plus tard.

"Je ne pense pas, comme certains, qu'il faut défaire la Russie totalement, l'attaquer sur son sol. Ces observateurs veulent avant tout écraser la Russie. Cela n'a jamais été la position de la France et cela ne le sera jamais", a-t-il ajouté.

"Aucun des deux côtés ne peut l'emporter entièrement"

De toutes façons, d'après le chef de l'Etat, "aucun des deux côtés ne peut l'emporter entièrement". "Ni l'Ukraine, ni la Russie, car les effets de la mobilisation ne sont pas aussi importants que prévu et elle-même a des limites capacitaires", a posé Emmanuel Macron.

Celui-ci a également dit le fond de sa pensée sur l'avenir politique de la Russie. Et il semble résigné à voir Vladimir Poutine demeurer au Kremlin :

"Pensons-nous sincèrement qu'une solution démocratique émergera de la société civile russe présente sur place après ces années de durcissement et en plein conflit ? Je le souhaite vivement, mais je n'y crois pas vraiment".

"Et toutes les options autres que Vladimir Poutine au sein du système actuel me paraissent pires", a encore estimé Emmanuel Macron.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Vitali Klitschko : "J’attends de Macron qu’il soit fort, fasse appliquer les règles internationales, et surtout qu’il soutienne l’Ukraine"