Ukraine: pour un ex-haut gradé de l'Otan, "Poutine a perdu et il ne le sait pas encore"

Le général Michel Yakovleff à l'antenne de BFMTV, octobre 2022  - BFMTV
Le général Michel Yakovleff à l'antenne de BFMTV, octobre 2022 - BFMTV

Une prémonition de mauvais augure pour Vladimir Poutine? Tandis que l'armée russe enchaîne les défaites en Ukraine et a d'ores-et-déjà perdu plusieurs villes stratégiques reprises par les soldats de Kiev, de plus en plus de questions se posent quant à la capacité de Moscou à rebondir et de mener à bien son "opération militaire spéciale" débutée le 24 février.

"Il est en train de mourir sous nos yeux"

Invité sur le plateau de BFMTV ce mercredi, le général Michel Yakovleff, ancien vice-chef d’État-major du centre de commandement militaire des forces de l'Otan a un avis tranché sur la question.

Vladimir Poutine "a perdu et il ne le sait pas encore, mais la vérité finira par faire son chemin", lance-t-il, le verbe toujours affûté.

"Ça peut durer quelques jours, au sens d’un effondrement, comme ça peut durer des mois. Mais il a perdu. Son armée la plus forte, le groupe militaire ouest qui a été engagé en Ukraine, est en train de mourir sous nos yeux. On en voit les derniers spasmes, il n’en reste plus grand-chose", détaille l'ancien militaire.

Pour Michel Yakovleff, en plus de la contre-offensive ukrainienne facilitée par les livraisons d'armes de l'Occident, la déroute russe peut également s'expliquer par l'état moral des troupes russes.

"Ce sont des gens épuisés par un an d’absence et de guerre", analyse-t-il.

"La plupart de ces soldats ont commencé les manœuvres débiles en Biélorussie en septembre de l’année dernière. Ils ont couché dans des camps, ils ont fait des soi-disant exercices, ont franchi la frontière sans savoir pourquoi le 24 février, ont été déplacés, ça fait un an qu’ils y sont", poursuit-il encore.

L'hypothèse d'une défaite

Le général Yakovleff n'est pas le seul à miser sur une défaite de l'armée russe. Toujours sur notre antenne, l'ancien ambassadeur de France aux États-Unis Gérard Araud a estimé que le président russe était "en train de perdre la face" et "subit un échec" en Ukraine.

Mercredi soir auprès de BFMTV, l'ancien président de la République en personne, François Hollande, a constaté que l'homme fort du Kremlin, de plus en plus critiqué, "est en position de faiblesse" et tente de "camoufler une défaite."

Outre-Atlantique, plusieurs personnalités de haut rang ont également évoqué cette hypothèse. David Petraeus, directeur de la CIA entre 2011 et 2012, assure que Vladimir Poutine se trouve confronté à une situation "irréversible."

Article original publié sur BFMTV.com