Ukraine: le chef du groupe Wagner s'affiche dans un bombardier et affirme revenir de Bakhmout

Evguéni Prigojine au Kremlin, à Moscou, le 4 juillet 2017 - Sergei ILNITSKY / AFP
Evguéni Prigojine au Kremlin, à Moscou, le 4 juillet 2017 - Sergei ILNITSKY / AFP

Une opération de communication alors que les combats ne faiblissent pas. Le patron du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, s'est affiché lundi à bord de ce qu'il a présenté comme un bombardier Su-24 revenant d'un bombardement sur Bakhmout, l'épicentre des combats dans l'est de l'Ukraine.

Dans une vidéo, l'homme d'affaires devenu chef de guerre est équipé d'un casque et d'un masque de pilote, tandis qu'un paysage de nuit peut être aperçu par le hublot au moment où l'appareil atterrit.

"On a atterri, on a bombardé Bakhmout", a lancé M. Prigojine dans cette courte vidéo diffusée sur Telegram par son service de presse.

Evguéni Prigojine a également lancé un défi au président ukrainien Volodymyr Zelensky, assurant qu'il embarquerait mardi sur un chasseur MiG-29. "Si vous voulez, nous nous rencontrerons dans le ciel. Si votre appareil prend le dessus, vous récupérez (Bakhmout), sinon on ira jusqu'au (fleuve) Dniepr", assure-t-il.

Wagner qualifié de "terroriste" par l'Ukraine

Cette vidéo est diffusée le jour où le Parlement ukrainien a voté une résolution qualifiant d'"organisation terroriste" le groupe Wagner, dont les mercenaires combattent en première ligne aux côtés de l'armée russe.

"Nous nous préparons à détruire Wagner en tant que composante du terrorisme international", a déclaré sur Telegram le chef de l'administration présidentielle ukrainienne Andriï Iermak.

Les députés ukrainiens "ont également adopté une demande aux organisations internationales et aux Parlements concernant la reconnaissance des sociétés militaires privées russes comme organisations terroristes", a précisé David Arakhamia, chef de la faction présidentielle au Parlement.

Une situation "compliquée" pour les Ukrainiens

Les hommes de Wagner sont notamment à l'offensive à Bakhmout, que Moscou cherche à prendre depuis l'été, au prix de lourdes pertes dans les deux camps et de grandes destructions. La défense ukrainienne y est fragilisée depuis de récents gains territoriaux russes, dont notamment la ville de Soledar plus au nord.

Zelensky a reconnu samedi que la situation "se compliqu(ait)" pour les Ukrainiens sur plusieurs points du front, et notamment à Bakhmout. Prigojine a lui rapporté dimanche des "combats acharnés" pour chaque rue.

Article original publié sur BFMTV.com