Publicité

Ukraine : quel est le bilan humain un an après le début de la guerre ?

Un immeuble détruit à Bakhmut, en Ukraine, le 20 décembre 2022.
Un immeuble détruit à Bakhmut, en Ukraine, le 20 décembre 2022.

Plus de 300 000 morts et blessés, 65 000 crimes de guerre, des millions de réfugiés… Un an après le début de la guerre en Ukraine, l’heure est au bilan. S’il n’est pas définitif, il est déjà très lourd dans les deux camps.

C’était il y a tout juste un an. Dans la nuit du 24 février 2022, les quelque 150 000 soldats russes postés à la frontière ukrainienne se lancent à l’assaut du pays dirigé par Volodymyr Zelensky. Vladimir Poutine en explique la raison dans une vidéo publiée à 3h48 : il veut "défendre les séparatistes russes" présents à l’est du pays. Alors que les premiers bombardements se font entendre aux quatre coins du pays, le président russe appelle les Ukrainiens à déposer les armes.

Il mise alors sur des frappes importantes pour provoquer un effet de sidération. Il espère la démission rapide du pro-occidental Zelensky pour établir un gouvernement bien plus sympathique aux intérêts de Moscou. Huit ans après avoir annexé la Crimée en à peine un mois, du 20 février au 21 mars 2014, Vladimir Poutine n’a pas eu l’opération éclair escomptée. La guerre en Ukraine est toujours au coeur de l’actualité un an plus tard. Et le bilan s’annonce très lourd des deux côtés.

VIDÉO - Un an de guerre en Ukraine : "L'année 2023 sera celle de la victoire", promet Volodymyr Zelensky

Au moins 8 000 civils tués, "la partie émergée de l’iceberg"

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, a déploré mardi le tribut 'insupportable' payé par la population : "Plus de 8 000 civils ont été tués en un an de guerre en Ukraine et plus de 13 000 ont été blessés". Plus de 480 enfants ont également été tués et 60% des victimes sont des femmes. Ces données ne seraient cependant que "la partie émergée de l’iceberg", en raison du manque d’indications pour les vérifier ou du manque d’accès à certains territoires.

Le chef de l'armée norvégienne, Eirik Kristoffersen, a évoqué le 22 janvier dernier "30 000 civils tués", sans citer ses sources. Les pertes les plus importantes sont enregistrées à l’est du pays, dans les régions de Donetsk et de Louhansk. La grande majorité des victimes civiles a été tuée à la suite de bombardements ou à des mines antipersonnel qui jonchent le sol. Des dizaines d’années seront nécessaires pour décontaminer les sols.

Plus de 300 000 morts et blessés au combat

Le chiffre officiel des soldats morts au combat est un secret de guerre bien gardé. Le chef de l'armée norvégienne, Eirik Kristoffersen, estime que les affrontements ont fait 180 000 morts ou blessés dans les rangs russes et 100 000 côté ukrainiens. Dans un communiqué du 17 février, les services de renseignements britanniques comptent "entre 175 000 et 200 000 pertes" chez les Russes, dont 40 000 à 60 000 morts. D’après eux, le nombre de victimes a considérablement augmenté depuis septembre 2022, lorsque la mobilisation "partielle" a été imposée par Vladimir Poutine.

Le bilan serait donc plus lourd du côté de l’armée russe. Cela pourrait s’expliquer par le fait que la défense nécessite moins d’hommes et de matériel que l’attaque. En comparaison, les Russes ont perdu quelque 15 000 hommes entre 1979 et 1989 lors du conflit avec les moudjahidine en Afghanistan.

Près de 65 000 crimes de guerre présumés

Attaque délibérée de civils, torture, mauvais traitements des prisonniers… Près de 65 000 cas de crimes de guerre présumés ont été signalés, selon le commissaire européen à la Justice Didier Reynders. Les enfants ne sont pas épargnés : 16 000 d’entre eux ont été transférés en Russie ou en zone sous contrôle russe, selon Kiev. La Cour pénale internationale a ouvert dès le 2 mars 2022 une enquête sur ces crimes.

VIDÉO - Une ONG tente de rapatrier les enfants ukrainiens transférés de force en Russie

15 millions de déplacés

Après 12 mois de violence, près de 18 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire et environ 15 millions sont déplacées ou réfugiées, chiffre l’ONU. La Pologne est l’un des premiers pays à accueillir ses voisins. Ce jeudi, le ministère de l’Intérieur a indiqué qu’environ 100 000 UKrainiens ont rejoint la France (sur les huit millions de réfugiés ukrainiens recensés en Europe), et dépensé plus de 490 millions d'euros pour leur offrir un "schéma d'accueil inédit". D’après Moscou, 5 millions d’Ukrainiens ont quitté leur pays pour la Russie. Kiev avance de son côté des évacuations forcées.

Immeubles détruits, économie à l'arrêt... la Banque mondiale note que le PIB de l'Ukraine s'est contracté de 35 % en 2022. Le montant des dommages de la guerre pourrait s'élever déjà à plus de 138 milliards de dollars.

La ligne de front s’étend désormais sur 1 500 km du nord au sud dans l’est de l’Ukraine, selon le chef de l’armée ukrainienne Valery Zaloujny. Parmi les points chauds, Bakhmout.

VIDÉO - Un an après le début de la guerre en Ukraine, un cinquième du pays est occupé par les Russes