Ukraine : le bataillon Kraken, dont la base est ultra-nationaliste, en passe de remplacer le régiment Azov?

Des membres du bataillon Kraken. - BFMTV
Des membres du bataillon Kraken. - BFMTV

Dirigé par une figure de l'extrême droite de Kharkiv, le bataillon Kraken est désormais une cible de l'armée russe. Comme l'était le régiment Azov il y a quelques semaines.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, un régiment est devenu célèbre lors de la bataille de Marioupol: le régiment Azov. Mais dans la région de Kharkiv, plus au Nord, c'est le bataillon Kraken qui commence à prendre de l'importance. Les deux sections ont le même statut: Kraken ne fait pas partie de l’armée régulière ukrainienne, mais est rattachée au ministère de la Défense.

"Le bataillon Azov était un modèle pour nous", explique à BFMTV "Viking", un combattant de Kraken qui utilise un pseudo.

"C’était l’une des unités les plus aguerries d’Ukraine, avec les soldats les plus courageux. Leur manière d’entraîner les troupes, d’utiliser les tactiques modernes de combat... c’est pour ces raisons que c’est notre modèle", détaille-t-il.

"On leur a collé une étiquette"

Le soldat se refuse de commenter les idéologies d'extrême droite du régiment Azov, pourtant composé d'ardents néo-nazis et autres ultra-nationalistes. "Ceux qui disent ça ne comprennent rien. Je ne suis pas d’accord pour dire que défendre son pays, c’est être ultra-nationaliste. On leur a collé une étiquette qui n’a rien à voir", balaie "Viking."

Pourtant, Kraken est aujourd'hui dirigé par Konstantin Nemichev, figure de l'extrême droite à Kharkiv, candidat en 2021 pour devenir maire. Ce politicien membre du Corps national, un parti d'extrême droite ultra-nationaliste, a reconnu début juin les liens entre Kraken et Azov.

Des soldats formés par le régiment Azov

"La plupart de nos combattants ont été entraînés au sein du bataillon Azov entre 2014 et 2016, qui est devenu par la suite le régiment Azov", a-t-il déclaré devant la presse.

"Mais le coeur d'Azov se trouvait à Marioupol et nous ici, nous sommes à Kharkiv. Nous avons une autre unité. Et son nom c'est Kraken", a-t-il ajouté.

Ce nouveau bataillon compterait 1500 membres, et recruterait quotidiennement de nouveaux soldats. Il serait composé de hooligans du club de foot de la ville de Kharkiv, le Metalist, et de militaires originaires de la région.

Le groupe est désormais une cible claire pour l'armée russe, qui avait orienté sa communication sur la capture et l'élimination des membres du régiment Azov. Ce lundi, l'agence officielle Tass a indiqué que les militaires russes ont tué six nationalistes dans la région de Kharkiv, en précisant bien leur groupe d'appartenance: Kraken.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Guerre en Ukraine : le blé, une arme diplomatique pour la Russie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles