Ukraine : à Andriivka, village libéré des Russes, une habitante raconte l'horreur de l'occupation

Durant l'occupation des Russes, Tatiana, habitante d'Andriivka, a perdu son mari et sa maison.

Ils ne sont plus que 700 habitants contre 2000 auparavant. À Andriivka, village ukrainien situé à 60 km de la capitale Kiev, tout a changé depuis le début de la guerre. Désormais libérés des Russes, les derniers occupants tentent de se projeter vers l'avenir.

Près d'un pâté de maison, un camion s'arrête. "On vient apporter de la nourriture et des produits d'hygiène", explique Irina, bénévole humanitaire. "Merci, merci beaucoup", lui dit Tatiana, l'une des dernières villageoises.

"La Russie a tout détruit ici, il n'y a plus de travail, plus de maison, plus rien", explique-t-elle, avant d'exprimer sa reconnaissance envers les bénévoles venus l'aider.

"Cœur brisé"

Elle montre à BFMTV son ancien logement, désormais en charpie. Le souvenir de la vie d'avant est douloureux. "J'ai le cœur brisé, c’était la maison de mes parents, j’ai passé toute mon enfance ici, j’ai toujours vécu là avec mon mari, et tout a été détruit", raconte, émue, la femme de 51 ans.

Son époux est mort durant l'occupation des Russes. Ces derniers ont affirmé qu'il était un nazi avant de procéder à son arrestation. Tatiana a ensuite découvert son corps, tué par "une balle derrière la tête". "Il avait les mains attachées et était tellement torturé que l’on ne reconnaissait plus son visage", explique-t-elle, précisant l'avoir par la suite enterré elle-même. Comme le mari de Tatiana, 39 autres personnes ont péri sous l'occupation russe.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles