Publicité

Sur Twitter, Elon Musk est comparé à Thanos pour sa vague de licenciements

Sur ce montage réalisé sur Twitter, Elon Musk devient le « Titan Fou » Thanos, un vilain des comics Marvel pouvant éradiquer la moitié de l’univers d’un simple geste.
Capture écran Twitter Sur ce montage réalisé sur Twitter, Elon Musk devient le « Titan Fou » Thanos, un vilain des comics Marvel pouvant éradiquer la moitié de l’univers d’un simple geste.

TWITTER - Un « Snap » des salariés qui n’est pas sans rappeler le claquement de doigts dévastateur de la bête noire des Avengers. En effet, seulement une semaine après avoir été racheté par Elon Musk, Twitter a entrepris de licencier la moitié de ses effectifs ce vendredi 4 novembre.

Une décision loin d’être accueillie avec le sourire par les employés du réseau social à l’oiseau bleu, au point qu’une comparaison peu flatteuse émerge en ligne au sujet du controversé homme d’affaires, fondateur de SpaceX. À l’instar d’un certain Thanos, grand vilain des histoires impliquant les super-héros Marvel, Elon Musk est désormais comparé au « Titan fou » pour avoir licencié « 50 % du personnel » de Twitter, soit une disparition éclaire de près de 3 750 employés sur les 7 500 que compte l’entreprise californienne.

De quoi rappeler à certains le fameux « Snap » de Thanos dans les pages de comics et dans le film Avengers Infinity War, où un simple claquement de doigts a permis au super-vilain de faire disparaître instantanément la moitié des êtres vivants de l’univers, rien que ça.

Et les premiers à faire cette comparaison ont été les principales victimes des décisions d’Elon Musk : les tweeps, le surnom des employés de Twitter, prévenus jeudi soir par mail des licenciements à venir. Un message qui précisait aussi que les bureaux seraient « temporairement fermés » et les accès par badge « suspendus », afin « d’assurer la sécurité de chaque employé ainsi que celle des systèmes et des données de Twitter ».

À en croire les informations partagées ce vendredi, c’est donc en anticipation de « la perte de la moitié de leurs collègues » que « certains ont commencé à appeler ce vendredi ’le Snap’ et à publier des mèmes de Thanos », livre le journaliste spécialisé Casey Newton sur Twitter.

« Thanos dans la vraie vie »

Il n’en fallait pas plus pour qu’Internet s’empare de la comparaison, offrant ainsi un florilège de montages photos (plus ou moins réussis) où l’homme le plus riche du monde prend la place de Thanos sur des images tirées des films de la saga Avengers.

« Voilà comment se sent Elon Musk, après avoir viré 50 % de Twitter », écrit par exemple cet internaute pour accompagner son montage où le visage du fondateur de PayPal se mêle parfaitement au corps du personnage de fiction, incarné au cinéma par Josh Brolin. Un autre internaute propose même un dessin réalisé pour l’occasion afin que Thanos et Musk ne fassent plus qu’un.

Lorsqu’il n’est pas directement comparé à Thanos, c’est au gant de l’infini que font régulièrement référence les détracteurs d’Elon Musk. En effet, dans les derniers films Avengers, Thanos utilise un gant serti de pierres de pouvoir, qui une fois combinées, permettent à son détenteur de disposer d’une arme aux pouvoirs illimités.

Le « Chief Twit » fait fuir les salariés

Dès jeudi dernier, quand Elon Musk a pris le contrôle de l’entreprise, il avait dissous le conseil d’administration, congédié les dirigeants, pris le poste de directeur général et sorti la société de la Bourse. Peu après l’annonce des licenciements, des employés de Twitter se sont exprimés sur le réseau social pour annoncer la suppression de leur poste, parfois à l’aide des hashtags #LoveWhereYouWork (Aime ton lieu de travail) et #OneTeam (Une seule équipe).

Une vague de licenciement qui touche tout particulièrement certaines branches de l’entreprise, comme celle basée en Inde, inspirant -une fois de plus- un montage à l’effigie de Thanos. Les managers, et les départements du marketing et du design semblent particulièrement affectés, d’après un salarié joint par l’AFP, mais qui a souhaité rester anonyme.

Elon Musk, qui s’est d’abord rebaptisé « Chief Twit » (« twit » voulant dire « crétin » en anglais), puis « standardiste de la hotline de Twitter », a fait venir dès vendredi des développeurs de Tesla pour passer en revue le travail d’employés de Twitter.

Le changement de culture d’entreprise se confirme donc, sachant que plusieurs cadres ont démissionné d’eux-mêmes cette semaine et plus de 700 personnes sont déjà parties cet été, de leur plein gré, d’après un salarié.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi