En Turquie, une opposante arrêtée pour avoir évoqué l’emploi d’armes chimiques en Irak

PHOTO OZAN KOSE/AFP

Les arrestations d’opposants continuent de se multiplier en Turquie. Le 26 octobre, Sebnem Korur Fincanci, célèbre militante des droits de l’homme et présidente de l’Union des médecins de Turquie, organisation qui rassemble 80 % des praticiens du pays, a été placée en garde à vue puis emprisonnée.

Elle est accusée de “propagande terroriste” pour avoir déclaré qu’il fallait, selon elle, qu’“une enquête soit menée” sur les accusations d’utilisation d’armes chimiques par les forces turques dans le cadre de leurs opérations militaires lancées, depuis le mois d’avril, contre la guérilla kurde du PKK dans le nord de l’Irak.

Forts soupçons, enquête impossible

Fondées, en partie, sur des vidéos filmées par des membres de la guérilla, qui revendique avoir perdu dix-sept des leurs à la suite de ces attaques, ces accusations ont été jugées assez sérieuses pour diligenter une enquête in situ par l’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW), une organisation pacifiste.

Interviewé par l’agence de presse prokurde Mezopotamya Ajansi, le biologiste et ancien député allemand Jan Van Aken fait ainsi part des difficultés qu’a rencontrées sa mission d’enquête lorsqu’il s’est rendu dans le Kurdistan irakien en septembre. Selon lui, sa mission a, notamment, été entravée, quand il s’est agi de rencontrer sur place des médecins et des civils potentiellement victimes de ces armes chimiques. Cela à cause des interdictions imposées par les autorités locales, le KDP, le parti kurde irakien du clan Barzani, solide allié d’Ankara.

“Je ne suis pas en position de dire qu’il y a eu des attaques à l’arme chimique, mais les indices et les preuves récoltées sont suffisamment solides pour que nous appelions à une enquête internationale.”

Le 25 octobre, dix journalistes de Mezopotamya Ajansi ont été arrêtés en Turquie, et neuf d’entre eux ont été placés en détention pour “appartenance à une organisation terroriste”, rapporte le média en ligne Gazete Duvar.

La carte du nationalisme à l’approche des élections

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :