Publicité

En Turquie, un glissement de terrain piège au moins 9 personnes dans une mine d’or

Une mine d’or située au Canakkale en Turquie. Un glissement de terrain impressionnant piège plusieurs personnes dans une mine en Turquie. Photo d’illustration.
YASIN AKGUL / AFP Une mine d’or située au Canakkale en Turquie. Un glissement de terrain impressionnant piège plusieurs personnes dans une mine en Turquie. Photo d’illustration.

CATASTROPHE NATURELLE- Ce sont des drames de plus en plus récurrents en Turquie. Au moins neuf personnes sont piégées depuis ce mardi 13 février dans une mine d’or de la province d’Erzincan, dans le nord-ouest du pays, ont annoncé les autorités. Un syndicat de mineurs a dans la foulée précisé que la terre ayant glissé pourrait être contaminée par du cyanure, utilisé pour l’extraction de minerai.

Le phénomène El Niño est devenu un événement « humain » et non plus naturel selon cette étude

« Il n’y a pas de nouvelles de neuf mineurs. Une opération de secours est en cours avec une équipe de 400 personnes », a expliqué le ministre turc de l’Intérieur, Ali Yerlikaya, sur la chaîne publique TRT Haber. « Il s’agit du glissement d’une butte de terre formée par empilement de terre retirée de la mine. (...) Nous n’avons qu’un souhait : pouvoir donner une bonne nouvelle à leurs familles, nos prières vont dans ce sens », a-t-il continué.

Un éboulement aux airs de coulée de lave

Le glissement de terrain est survenu vers 14 heures à Iliç, dans la province d’Erzincan donc, à la manière d’une coulée de lave, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous. Le glissement concerne « une masse terrestre de 8 à 10 décares » qui s’est par la suite répandue sur « 100 décares », a affirmé le ministre de l’Intérieur.

Des équipes de secours des villes voisines ont été dépêchées sur place, a annoncé l’agence publique de gestion des catastrophes (AFAD). « Nous mobiliserons tous nos moyens pour mettre en lumière les raisons de cet incident », a de son côté affirmé L’entreprise chargée de la mine d’or, Anagold.

« Le sauvetage des mineurs pourrait prendre beaucoup de temps à cause de la terre contenant du cyanure », a pour sa part estimé Basaran Aksu, du syndicat de mineurs Bagimsiz Maden Is. « Il n’est pas question d’une fuite (de cyanure) en ce moment dans l’Euphrate », le fleuve qui traverse la province d’Erzincan, a toutefois nuancé le gouverneur Hamza Aydogdu, le ministère de l’Environnement annonçant de son côté que des mesures ont été prises pour « empêcher des matériaux de se déverser » dans le fleuve.

Une mine déjà au cœur d’une polémique

Et pour cause : employant 667 mineurs, cette même mine avait déjà fait la une des journaux en 2022 après une fuite de cyanure, qui avait incité les autorités à suspendre brièvement ses opérations. Elle avait cependant rouvert après avoir payé une amende, ce qui avait provoqué un tollé de l’opposition. « Malgré la fuite de cyanure, le permis de la mine n’a pas été retiré et sa capacité a été accrue. L’entreprise a bénéficié d’une protection judiciaire (...). Tout cela a ouvert la voie au désastre », a réagi l’Ordre des médecins de Turquie.

Des glissements de terrain ou des effondrements de mines sont relativement fréquents en Turquie. Dans l’histoire récente, quarante-deux mineurs ont notamment été tués lors d’une explosion survenue en 2022 à Amasra, dans le nord du pays. En 2014, plus de 300 personnes avaient aussi été tuées dans l’explosion d’une mine de charbon à Soma, un drame qui a provoqué une vaste révolte populaire contre le pouvoir de Recep Tayyip Erdogan.

À voir également sur le HuffPost :

En Allemagne, une mine de charbon qui engloutit les villages

Attentat terroriste en Turquie : ce que l’on sait de l’explosion près du Parlement à Ankara