Publicité

En Turquie, des ballons rouges dans les ruines pour honorer les enfants victimes du séisme

INTERNATIONAL - La Turquie rend hommage à ses âmes disparues. Deux semaines après le tremblement de terre qui a frappé la Turquie et la Syrie voisine, les chances de retrouver des survivants deviennent quasi nulles. Pour honorer la mémoire et se souvenir des enfants qui ont perdu la vie, un groupe de bénévoles a acroché, dimanche 19 février, des ballons rouges aux décombres de la catastrophe, comme vous pouvez le voir sur la vidéo en tête de cet article.

Baptisée « Mon dernier cadeau aux enfants », l’initiave a déjà vu fleurir plus de 1000 ballons dans la province d’Hatay, en Turquie, « Nous donnons toujours des cadeaux aux enfants d’Hatay, mais nous voulions remplir notre dernier devoir envers ces anges et nous réalisons cette activité avec des ballons. [... ] Nous espérons continuer jusqu’à ce que nous atteignions toutes les parties de la ville, chaque foyer des enfants qui ont perdu la vie. » se félicite Oguen Sever Okur, le responsable du projet.

Si elle ne permet pas d’atténuer la douleur, cette initiative à le mérite de célébrer les victimes de la catastrophe. Elles sont près de 46.000 à ce jour selon les derniers bilans. Aucun nouveau survivant n’a été dégagé des ruines depuis le sauvetage d’un couple à Antakya, capitale de la province d’Hatay, samedi 18 février, 296 heures après les premières secousses du tremblement de terre.

Le lendemain, la Turquie a finalement pris la décision d’arrêter les recherches sauf dans les deux provinces les plus touchées, Kahramanmaras et Hatay, a annoncé l’AFAD, l’agence gouvernementale de secours. Plus de 6.000 répliques ont été enregistrées depuis le sinistren, dont l’une d’une magnitude de 6.6 et quarante d’une intensité de 5 à 6, selon les organismes de secours. Pour les millions de sans-abris que comptent les régions touchées, c’est un danger de plus s’ils se risquent à tenter de récupérer quelques-unes de leurs affaires dans les décombres.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi