Tunisie. Mais d’où vient l’argent de Rached Ghannouchi ?

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Rached Ghannouchi est dans la tourmente. Selon le journal arabophone Al Anwar, le président du Parlement tunisien et chef historique d’Ennahdha serait à la tête de plus de 800 millions d’euros. Si elles sont démenties par le parti islamiste, ces accusations relancent les soupçons sur son financement. Et inspirent la caricaturiste tunisienne Nadia Dhab.

Informations ou diffamations ? Depuis quelques jours, la Tunisie est suspendue aux colonnes du journal Al Anwar. Le titre arabophone affirme que Rached Ghannouchi, le président du Parlement, est à la tête d’une fortune colossale estimée à 2 700 millions de dinars tunisiens (environ 819 millions d’euros).

“Rached Ghannouchi serait à la tête d’une fortune douteuse”, titre la dessinatrice tunisienne Nadia Dhab, créatrice du compte Facebook “La bulle de Dlog”, qui réagit à l’information dans une caricature.

Comptes en Suisse et actions françaises

Selon l’article, Rached Ghannouchi posséderait des comptes en Suisse, ainsi que des participations dans trois entreprises en France. Repris notamment par HakaekOnline, le journal arabophone précise que sa fortune personnelle est étroitement gérée par ses deux fils, Mouadh et Souheil, ainsi que par son gendre, qui est également un cadre du parti islamiste Ennahdha, Rafik Abdessalem.

Personnalité de premier plan et fondateur d’Ennahdha, Rached Ghannouchi n’a en revanche jamais été connu pour être un homme d’affaires ou pour avoir exercé une fonction autre que politique. L’information a donc de quoi susciter des soupçons de corruption.

Ennahdha, qui souligne qu’aucune preuve factuelle n’est avancée par Al Anwar

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :