Trump va discuter de désarmement nucléaire avec Poutine

Le président américain Donald Trump va aborder la question du désarmement nucléaire avec son homologue russe Vladimir Poutine lors de leur rencontre à Helsinki lundi. /Photo d'archives/REUTERS/Carlos Barria (Reuters)

CHEQUERS, Royaume-Uni (Reuters) - Le président américain Donald Trump va aborder la question du désarmement nucléaire avec son homologue russe Vladimir Poutine lors de leur rencontre à Helsinki lundi.

"Si l'on peut faire en sorte d'en limiter le nombre, je veux dire, idéalement s'en débarrasser, peut-être que c'est un rêve, mais c'est un sujet que je vais aborder avec lui", a déclaré Donald Trump vendredi lors de sa visite au Royaume-Uni.

"Selon moi, les armes nucléaires sont le plus grand problème au monde", a-t-il dit.

Le Kremlin a quant à lui souhaité que le sommet d'Helsinki ouvre la voie à une visite officielle du président russe à Washington.

Aucune des deux parties ne table sur une percée diplomatique majeure à l'occasion de ce tête-à-tête, du fait des tensions sans précédent depuis la Guerre froide qui se sont accumulées, mais Moscou, qui milite de longue pour une telle rencontre, en attend une amorce de dégel.

"On ne sait jamais. Voyons comment cela va se passer. Peut-être y aura-t-il une conversation sur des visites concrètes à Moscou ou à Washington", a déclaré Iouri Ouchakov, conseiller diplomatique de Vladimir Poutine, qualifiant le sommet de "principal événement de l'été".

Donald Trump n'a pas précisé sur quel traité les discussions allaient porter, mais selon un responsable américain, il est probable qu'ils abordent la question du renouvellement du New Start, un traité de réduction des armes nucléaires signé en 2010 par les deux pays qui limite à 1.550 le nombre de têtes nucléaires par Etat.

Le New Start expire en février 2021, mais peut être prolongé de cinq ans en cas d'accord entre les deux puissances.

Le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), signé en 1987, devrait également être au menu des discussions. Ce dernier a pour but de freiner la course aux armements nucléaires entre la Russie et les Etats-Unis en interdisant les missiles balistiques et les missiles de croisière avec une portée comprise entre 500 km et 5.500 km.

(Jeff Mason, Sarah Young, Samuel Kahn et Jean-Philippe Lefief pour le service français)