Publicité

Trump relaie une image de Biden ligoté dans une vidéo et ulcère le camp du président

Habitué aux sorties violentes contre son rival démocrate, Donald Trump s’est une nouvelle fois retrouvé accusé d’appeler à la violence contre son successeur.

En partageant une vidéo particulièrement violente contre son principal adversaire politique, Donald Trump s’est attiré les foudres du camp démocrate.
CHIP SOMODEVILLA / Getty Images via AFP En partageant une vidéo particulièrement violente contre son principal adversaire politique, Donald Trump s’est attiré les foudres du camp démocrate.

ÉTATS-UNIS - Une représentation de Joe Biden allongé et ligoté à l’arrière d’un pick-up... Il ne s’agit pas d’un fantasme trumpiste mais de la dernière trouvaille de Donald Trump pour promouvoir sa candidature pour l’élection présidentielle américaine de 2024.

Joe Biden se moque de Donald Trump qui vante ses résultats au golf

Dans une vidéo relayée par l’ancien président des États-Unis sur les réseaux sociaux vendredi 29 mars, et qui semble avoir été prise jeudi à Long Island à en croire les informations partagées dans sa publication, on peut voir une image de l’actuel président des États-Unis ligoté.

Comme vous pouvez le voir ci-dessous, il s’agit en réalité d’une peinture sur l’arrière d’un pick-up qui arbore fièrement l’inscription « Trump 2024 », le tout accompagné de plusieurs drapeaux dont le fameux « Thin Blue Line ». Un drapeau dérivé de celui des États-Unis censé rendre hommage aux officiers de police tués en service aux États-Unis mais régulièrement détourné de son sens initial.

Une panoplie de l’électeur trumpiste que Donald Trump a donc partagé sans le moindre scrupule, mais pas sans faire de vague. Car la publication de cette vidéo n’a pas vraiment plu au camp démocrate, qui a une nouvelle fois accusé le 45e président américain d’inciter ses partisans et ses électeurs à la violence. Ce qui est loin d’être une première pour lui.

Bataille d’exemples

Comme le rapporte NBC News, le porte-parole de la campagne de Joe Biden, Michael Tyler, s’est montré particulièrement virulent contre cette nouvelle attaque indirecte contre son candidat. « Cette image de Donald Trump est le genre de conneries que vous publiez lorsque vous appelez à un ’bain de sang’ ou lorsque vous dites aux Proud Boys de se ’mettre en retrait et de se tenir prêt’ », a-t-il écrit dans un communiqué qui fait explicitement référence à de précédentes sorties médiatiques violentes de Donald Trump.

Interrogé par le média américain sur l’origine de cette vidéo et sur son contenu choquant pour une partie de la classe politique américaine, Steven Cheung, le porte-parole de campagne de Donald Trump, a expliqué qu’il s’agissait juste d’une « photo à l’arrière d’une camionnette qui circulait sur l’autoroute ».

Il s’est toutefois montré plus direct concernant les arguments du camp du rival pour 2024, estimant que ce sont « les démocrates et les fous » qui appellent à la violence contre Donald Trump et ses proches. « Ils sont en train de militariser le système judiciaire contre lui », a-t-il ajouté en référence aux nombreuses affaires judiciaires dans lesquelles le candidat républicain est toujours embourbé.

Pour conclure, Steven Cheung a renvoyé le camp démocrate aux propos de Joe Biden lors de la précédente course à la Maison Blanche. En 2018, Joe Biden avait déclaré −avant de s’excuser− que s’il était au lycée avec Donald Trump, il aurait retrouvé son rival « derrière le gymnase » pour le tabasser s’il l’entendait encore rabaisser les femmes. Une autre référence explicite à une ancienne sortie polémique de Donald Trump où ce dernier assurait pouvoir « attraper (les femmes) par la chatte (sic) » grâce à sa célébrité.

VIDÉO - François Durpaire : "Si Donald Trump perd, on peut s’attendre à ce qu’il cherche à étouffer certaines affaires compromettantes pour lui"

À voir également sur Le HuffPost :

  

Trump et Biden, vainqueurs du Super Tuesday, lancent officiellement leur duel pour la présidentielle

Joe Biden s’attaque à l’âge de Donald Trump durant son discours sur l’état de l’Union devant le Congrès