Trump malmené sur les chiffres du coronavirus au cours d'une interview

Jules Pecnard
·4 min de lecture
Le président américain Donald Trump, lors d'une interview accordée à Axios, le 28 juillet 2020 - Capture d'écran
Le président américain Donald Trump, lors d'une interview accordée à Axios, le 28 juillet 2020 - Capture d'écran

"Vous ne pouvez pas faire ça!" L'espace d'une seconde, l'air offusqué, Donald Trump tourne ses yeux hors du cadre, les deux mains levées, dans un geste caractéristique du personnage. Peut-être jette-t-il un regard (inquiet) vers un conseiller. C'est en tout cas ce que l'on soupçonne après avoir vu l'interview accordée par le président américain à Axios, site d'information politique assez pointu.

S'il se froisse, c'est parce que le journaliste face à lui le met en difficulté sur un sujet ô combien sensible pour le locataire de la Maison Blanche: sa gestion, très critiquée, de l'épidémie de Covid-19 aux États-Unis. L'entretien, tourné le 28 juillet et diffusé lundi par Axios via la chaîne de télévision payante HBO, montre Donald Trump tentant d'expliquer en quoi son pays résiste mieux que tous les autres au coronavirus. Problème: les derniers chiffres démentent ce postulat.

Mauvaise courbe

Par conséquent, certains passages mettent en scène un président américain bien en peine de justifier pourquoi les États-Unis ont le plus grand nombre de morts par rapport à la population globale.

Un extrait tourne particulièrement en boucle sur les réseaux sociaux. On y voit Donald Trump jonglant avec des feuilles où se trouvent des courbes censées démontrer combien le pays ne souffre pas d'un bilan désastreux. Et ce, alors que les chiffres américains, notamment au sud et à l'ouest, sont toujours aussi inquiétants.

"Ici, (les) États-Unis sont au plus bas, dans de nombreuses catégories nous sommes plus bas que le monde, plus bas que l'Europe", égrène-t-il d'un ton saccadé, face à un journaliste pour le moins dubitatif.

C'est alors que ce dernier remet en question la méthodologie utilisée par le chef d'État. "Vous parlez des morts par rapport au nombre de cas; je parle du nombre de morts par rapport à la population totale. C'est là où les États-Unis sont très mauvais", lui répond-il. Et de citer la Corée du Sud et l'Allemagne en contre-exemple.

Rappelons que les États-Unis comptent à ce jour 155.515 morts selon l'université Johns Hopkins, sur une population totale de plus de 328 millions d'habitants.

Balbutiements

Visiblement décontenancé, Donald Trump rétorque: "Vous ne pouvez pas faire ça!" Après moult balbutiements, le président américain se replie sur l'une de ses rhétoriques habituelles, consistant à dire que le pays a moins de morts par cas avéré de Covid-19.

En l'espèce, le locataire de la Maison Blanche s'appuie sur une courbe disponible sur ourworldindata.org, qui indique qu'en effet les États-Unis s'en sortent mieux que le reste du monde. Cela s'explique par le fait que de plus en plus d'Américains sont testés à l'heure actuelle, réduisant mécaniquement le nombre de morts à cette échelle.

En revanche, la courbe des morts par million d'habitants aux États-Unis demeure en tendance haussière et bien supérieure aux courbes européennes et mondiales. Qu'importe selon Donald Trump qui, déjà lors de son meeting de campagne dans l'Oklahoma, affirmait avoir demandé à son administration de réduire le nombre de tests afin que moins de cas de contaminations soient révélés.

Le journaliste d'Axios, qui couvre la Maison Blanche depuis l'élection du milliardaire, ne se laisse toutefois pas démonter. "Il est sûrement pertinent statistiquement de dire, 'les États-Unis a X population, X pourcentage de morts sur cette population, pour comparer à la Corée du sud'", oppose-t-il à Donald Trump.

Chute de popularité

Et lorsqu'il invoque les chiffres de la Corée du Sud - 300 morts pour plus de 51 millions d'habitants -, le journaliste voit le président lui répondre: "Vous ne le savez pas, ça." Le journaliste lui demande alors s'il remet en question les statistiques officielles de Séoul.

"Je ne rentrerai pas là-dedans, car j'ai une très bonne relation avec le pays, mais vous ne le savez pas!", persiste alors Donald Trump.

Cette interview est diffusée dans un contexte où le président américain, en campagne pour briguer sa réélection le 3 novembre face à Joe Biden, voit sa cote de popularité chuter dans la quasi totalité des sondages nationaux.

Cet effondrement s'explique d'abord par sa gestion chaotique de l'épidémie, qui connaît un violent rebond dans de nombreux États alors que la plupart des pays touchés ont connu des statistiques en baisse significative. L'autre raison est liée au mécontentement d'une partie de la population après ses réponses à la mort de George Floyd.

Article original publié sur BFMTV.com