Publicité

La troublante histoire du meurtre de Jam Master Jay, légende du hip-hop tuée en studio

30 octobre 2002. Ce jour-là, Jam Master Jay se trouve en studio à Jamaica, dans le Queens. Ce New-Yorkais fondateur et DJ du groupe de hip-hop Run–DMC s’apprête à enregistrer de nouveaux sons. Le public l’attend. Lui qui a créé, avec ses deux camarades de Run-DMC, un style devenu légendaire.

Des vêtements à la musique, il est au top de la tendance et parvient à toucher les sommets de la musique populaire grâce à une collaboration inattendue avec le groupe de rock Aerosmith en 1986, « Walk This Way ». Chaque sortie d’album est donc un évènement. Ils deviennent les premiers rappeurs à être certifiés disque d’or et de platine, les premiers, aussi, à faire la Une du célèbre magazine « Rolling Stone ».

Image

Jam Master Jay avec Run DMC aux American Music Awards de 1987. © Ralph Dominguez/MediaPunch/Shutterstock/SIPA

Mais leur brillant destin est stoppé en pleine gloire lorsque Jam Master Jay se fait tuer. Avant Tupac, avant Notorius B.I.G, ce crime met en émoi tout le monde du hip-hop. Ses funérailles se déroulent dans la cathédrale d’Allen. Elles sont grandioses, réunissent les plus grands noms du milieu : LL Kool J, Queen Latifa… tout le monde est là pour un dernier hommage à la légende.

Image

Queen Latifah aux obsèques de Jam Master Jay en 2002. © ED BAILEY/AP/SIPA/AP/SIPA

Qui et pourquoi ?

Les questions sont nombreuses après cette tragédie, et l’enquête ne...


Lire la suite sur ParisMatch